Archives de catégorie : Actualités de l’association

Assemblée générale 2021

La prochaine Assemblée Générale de l’AFEQ-CNF INQUA se tiendra le mardi 14 décembre 2021 à 14h30 à la Société Géologique de France, au 77 rue Claude Bernard (Paris 5e arrondissement).


La participation est libre et ouverte à tous. Seuls les adhérents à jour de leur cotisation 2021 auront le droit de vote.

L’ordre du jour est le suivant :
➢ Présentation des actions 2020/2021 (depuis la dernière AG en février 2020)
➢ Insertion dans la communauté internationale
➢ Bilan de la revue Quaternaire
➢ Bilan financier
➢ Vote des bilans moraux et financiers
➢ Les événements à venir (colloque Q13 à Strasbourg, excursion dans les Hauts-de-France, journée SGF 2022…)
➢ Appel à candidature pour le renouvellement du CA (élection en 2022)


Nous espérons vous y voir nombreux.

13eME colloque de l’AFEQ-CNF INQUA: Strasbourg 2022

Le prochain colloque de l’AFEQ-CNF INQUA se tiendra du 14 au 18 mars 2022 à Strasbourg et s’intitulera « Q13 – Paleoclimate changes, landscape evolution and human societies: from sedimentary basins to industrial landscapes ». Organisé par le Laboratoire Image Ville Environnement (LIVE, UMR7362), il aura une forte dimension internationale reflétant la position de Strasbourg au coeur de l’Europe.

Il s’articulera autour de 12 sessions et deux workshops présentés dans la première circulaire disponible ici. Vous y trouverez aussi les différentes dates limites.

Retrouvez les dernières informations sur le site web du colloque Q13

 

La lettre AFEQ est parue

La lettre AFEQ 2019 2020 synthétise deux ans d’activité de l’AFEQ – CNF INQUA et illustre les nombreuses initiatives à venir et les perspectives pour 2021 et 2022.

Merci à vous tous pour avoir contribué à dynamiser la vie de l’association !

Notez qu’en raison de l’évolution de la situation sanitaire, l’excursion dans les Pyrénées orientales a été décalée au 9-11 septembre prochain. Les inscriptions ont été clôturées il y a quelques semaines et l’excursion est complète. Toutefois, vous serez informés si, avec le changement des dates, quelques places se libèrent.

Derniers jours d’inscription à l’excursion dans les Pyrénées

La prochaine excursion de l’AFEQ aura lieu du 20 au 22 mai 2021 et s’intitule :

L’impact des changements environnementaux pléistocènes sur l’évolution des paysages. 10 ans de recherches en Quaternaire et
Géomorphologie dans l’Est des Pyrénées.

Le programme détaillé est disponible dans la circulaire

Inscriptions et paiement de l’acompte avant le 10 février 2021 Fiche d’inscription

Vente de T-shirts AFEQ

Pas d’idées cadeaux pour Noel ? L’AFEQ est là pour vous ! Vous pouvez commander nos célèbres et très beaux t-shirts et les recevoir chez vous !

Tarifs : T-shirts homme et femme 15€ (35€ les trois) ; t-shirts enfant 10€ (25€ les trois).

Tous les détails et les couleurs dans l’affiche ci-joint. Pour avoir plus d’informations et passer commande vous pouvez contacter Julie Dabkowski : julie.dabkowski@lgp.cnrs.fr

Le nouveau numéro de la revue Quaternaire (Vol. 30 No2) A paru

Consacré aux publications du colloque Q11 qui s’est tenu à Orléans en 2018, il nous fait tout d’abord voyager dans la vallée du Bao Bolon au Sénégal pour une étude paléoenvironnementale de la deuxième moitié de l’Holocène (Stern et al., 2019). De retour en France, dans la vallée de la Somme, des données paléontologiques et géochronologiques permettent une réinterprétation du site archéologique de Menchecourt (Bahain et al., 2019). Quels grands animaux vivaient au voisinage des occupations néandertaliennes de la grotte des Ramandils (Port-la-Nouvelle, Aude, France) ? Rush et al. (2019) étudient leurs assemblages pour reconstituer le cadre paléoenvironnemental et paléoclimatique au Pléistocène supérieur.

Couverture de Quaternaire, Volume 30 No2

Deux articles sont consacrés à la région orléanaise qui a accueilli le colloque Q11. Coussot et al. (2019) décrivent la chronostratigraphie du comblement d’un paléovallon par des limons en contexte de plateau beauceron à Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir, France), qui s’étend de la seconde partie du Pléistocène moyen jusqu’à l’Holocène. A partir d’une coupe de remplissage sédimentaire au site préhistorique de La Roche-Cotard IV (Indre-et-Loire, France), Marquet et al. (2019) concluent que les que les productions pariétales à caractère symbolique de la grotte sont très probablement l’oeuvre de l’Homme de Néandertal.

Enfin, Armynot du Châtelet et al. (2019) ont caractérisé des foraminifères pour reconstituer l’environnement de l’emporium mérovingien et carolingien de Quentovic, dans l’embouchure de la Canche (France).

Vous pourrez lire une introduction plus détaillée de ce numéro et de colloque Q11 dans l’avant propos (Tissoux et Jacob, 2019).

https://journals.openedition.org/quaternaire/

 

MEDAILLE HENRIETTE ALIMEN

Avec cette médaille, l’AFEQ-CNF INQUA récompense tous les deux ans un professionnel francophone dont la carrière a été consacrée à l’étude du Quaternaire quelle que soit la discipline concernée. Cette distinction rend hommage à Henriette Alimen (1900-1996), géologue française connue pour ses nombreux travaux sur le Quaternaire des Pyrénées et d’Afrique, ancienne présidente de la Société Géologique de France et fondatrice du Laboratoire de Géologie du Quaternaire à Meudon.

Réglement du concours
Chaque candidature doit être soumise par deux personnes dont l’une au moins n’appartient pas au même laboratoire que le candidat proposé. L’évaluation des dossiers est confiée au Conseil d’Administration de l’association (CA), aidé si nécessaire par des intervenants extérieurs. La décision finale fait l’objet d’un vote du CA. Les critères de sélection incluent le rayonnement scientifique national et international du candidat et les services rendus à l’AFEQ-CNF INQUA ou à d’autres associations internationales œuvrant pour le Quaternaire.

Dépôt des candidatures

Le dossier comprend une lettre de justification signée par les deux personnes qui parrainent le candidat, un curriculum vitae, une liste des principales publications et, éventuellement, des lettres de soutien de spécialistes du Quaternaire membres ou non de l’AFEQ-CNF INQUA. Le dossier ne doit pas dépasser 5 pages. Les personnes qui proposent le candidat doivent s’assurer au préalable de son accord pour sa participation au concours et au colloque Q pendant lequel la médaille lui sera éventuellement remise. Les candidatures sont à adresser sous format numérique au secrétaire de l’association. Un dossier peut être présenté plusieurs fois en cas d’insuccès.

La médaille est remise par le président de l’association ou à défaut par un autre membre du CA lors d’un colloque « Q ». Le lauréat fait un exposé de ses travaux à cette occasion. L’annonce du lauréat, accompagnée par un résumé de son curriculum vitae et une liste des principales publications, est publiée sur le site web de l’Association.

La deuxième médaille Henriette Alimen sera remise en mars 2021 lors du colloque Quaternaire Q13 à Strasbourg. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 10 décembre 2021.

Les dossiers doivent être adressés sous format numérique (pdf) à
Valentina Villa, secrétaire de l’AFEQ – CNF INQUA
valentina.villa@cepam.cnrs.fr

 

Lauréats

La première médaille Henriette Alimen  été remise en février 2020 lors du colloque Quaternaire Q12 à Paris par le président de l’AFEQ-CNF INQUA et la lauréate Catherine Ritz a fait un exposé de ses travaux à cette occasion. 

Catherine Ritz est directrice de recherche CNRS à l’Institut des Géosciences de l’Environnement à Grenoble. Elle a apporté une contribution majeure à la datation des carottes de glace et à la modélisation de l’évolution des grandes calottes polaires.

Elle a eu une contribution primordiale à la datation de la carotte Antarctique de Vostok, qui a été la première à couvrir un, puis quatre cycles glaciaire-interglaciaire (e.g. Ritz et al., J. Geophys. Res., 2001 et références inclues). Elle a impulsé l’utilisation de méthodes inverses et d’assimilation de données pour de nombreux problèmes glaciologiques (paléothermométrie, écoulement de la glace, altimétrie, transport des gaz dans le névé, datation). Elle a aussi fortement contribué au couplage des modèles de calottes de glace et de climat, par une longue collaboration avec le LSCE. Un résultat marquant, repris dans le 5ème Rapport de Synthèse du GIEC, est l’évolution du Groenland pendant le précédent interglaciaire (il y a 120 000 ans) obtenue en contraignant le modèle pour lui imposer de la glace au forage glaciaire NEEM (puisque l’Eemien y a été trouvé), cela impose que la contribution du Groenland au niveau des mers a été assez modeste à cette époque (entre 0.65 et 1.5 m) et en compensation, cela suggère une contribution importante de l’Antarctique (Quiquet et al., 2013). Dans un article 1er auteur dans Nature (Ritz et al., 2015), elle a aussi montré que les mécanismes glaciologiques rendent peu plausibles les très fortes contributions de l’Antarctique au niveau futur des mers suggérées par d’autres auteurs.
Antarctique et Groenland de ce modèle participent toutes deux aux expériences ISMIP6 pour le 6ème Rapport de Synthèse du GIEC et seront utilisées dans les modèles de l’IPSL et de Météo France.

Remise de la médaille Henriette Alimen à Catherine Ritz (à droite) par le Président de l’AFEQ Pascal Bertran (à gauche) et la Secrétaire de l’AFEQ Julie Dabkowski lors du colloque Q12, février 2020, Paris.

Ces dernières années, elle s’est fortement impliquée dans la modélisation des données géophysiques permettant de sélectionner le site du futur forage européen visant à obtenir des carottes de glace de plus d’1,5 millions d’années (e.g. Passalacqua et al., 2017 ; Cavitte et al., 2018) .

Sa présence pendant 6 ans dans le Conseil de l’International Glaciological Society, son élection à la Section 37 du Conseil National des Universités (2012-2015) et récemment comme Vice-Présidente du Scientific Committee on Antarctic Research en charge de la science (2018-) témoignent de son rayonnement national et international.

Références
Passalacqua, O., Ritz, C., Parrenin, F., Urbini, S., and Frezzotti, M.: Geothermal flux and basal melt rate in the Dome C region inferred from radar reflectivity and heat modelling, The Cryosphere, 11, 2231-2246, https://doi.org/10.5194/tc-11-2231-2017, 2017.


Quiquet, A., Ritz, C., Punge, H. J., and Salas y Mélia, D.: Greenland ice sheet contribution to sea level rise during the last interglacial period: a modelling study driven and constrained by ice core data, Clim. Past, 9, 353-366, https://doi.org/10.5194/cp-9-353-2013, 2013.

Ritz, C., Rommelaere, V. and Dumas, C.: Modeling the evolution of Antarctic ice sheet over the last 420 000 years: implications for altitude changes in the Vostok region. J. Geophys. Res. 106, (D23),  31, 943-31, 964, 2001.

Ritz C., Edwards T.L., Durand G., Payne A.J., Peyaud V. and Hindmarsh R.C.A. Potential sea-level rise from Antarctic ice-sheet instability constrained by observations Nature 528, 115–118 doi:10.1038/nature16147, 2015.

12e colloque de l’AfEQ-CNF INQUA: PAris 2020

Le prochain colloque de l’AFEQ-CNF INQUA se tiendra du 3 au 5 février 2020 sur le Campus Condorcet à Aubervilliers, au nord de Paris. Organisé par le Laboratoire de Géographie Physique (UMR8591) de Meudon, Q12 a pour objectifs : (1) de présenter l’actualité des recherches menées et les résultats associés; (2) de discuter des nouvelles méthodes d’investigations et de leurs applications multiples en réponse aux problématiques posées et aux environnements variés; (3) d’alimenter la discussion autour de l’apport de ces recherches face aux enjeux auxquels sont confrontés les milieux et les sociétés.

Il s’articulera autour de 8 sessions présentées dans la première circulaire disponible ici: Circulaire Q12

Pour cette édition des colloques Quaternaire, l’AFEQ-CNF INQUA s’associe au GFG (Groupe Français de Géomorphologie). Ainsi, les Journées des Jeunes Géomorphologues (JJG), dédiés à la diffusion
et à la valorisation des travaux de doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s en géomorphologie, se tiendront dans la foulée les 6 et 7 février.

Site du colloque : q12-jjg.sciencesconf.org

Contact: quaternaire12_paris@groupes.renater.fr

Décès D’émilie campmas

Emilie CAMPMAS (1983-2019)

Emilie nous a quittés le vendredi 8 mars 2019 après cinq années de lutte acharnée contre cette terrible maladie qu’est le cancer. Après avoir occupé, de 2014 à 2016, un poste d’ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès, elle venait d’intégrer, depuis quelques mois, le CNRS en tant que chargée de recherche au laboratoire TRACES. Travailleuse acharnée, boulimique de connaissances, Emilie était une jeune chercheuse hors du commun tant par son dynamisme, sa rigueur scientifique, son sens du collectif, son enthousiasme oh combien communicatif ! Lauréate de plusieurs prix dont une bourse de thèse L’Oréal France pour les femmes et la science en 2011 ou plus récemment le prix Jeune Chercheur en Archéologie Préhistorique et Anthropologique de la SAMRA ou celui de la fondation des Treilles, elle avait su en quelques années devenir une chercheuse incontournable jouissant d’une pleine reconnaissance dans le domaine d’expertise qui était le sien : l’adaptation au milieu côtier des chasseurs-collecteurs paléolithiques.

Archéozoologue spécialisée sur la grande faune puis la malacofaune, Emilie avait fait ses premières armes lors d’un stage de Master 1 mené à l’UTAH en 2006 sur la faune issue de déblais de la grotte abri du Moulin à Troubat. Son doctorat « Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : Exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra » qu’elle soutiendra en 2012 à l’Université Bordeaux 1 fut le point de départ de sa problématique sur les économies côtières. Ayant mis en évidence, grâce à une étude taphonomique exemplaire des ensembles fauniques, le rôle déterminant du littoral dans les modalités d’occupation des territoires par les groupes humains atériens puis ibéromaurusiens, ses résultats l’avaient ensuite amenée à s’intéresser à l’épineuse question de la modernité culturelle pour ces populations « archaïques ». La diversification précoce des ressources alimentaires, en particulier la consommation de coquillages marins, couplée à la présence de coquilles de Nassarius sp. considérées comme des marqueurs symboliques lui avaient alors permis de faire un parallèle convaincant avec ce qui est observé chez les hommes anatomiquement modernes d’Afrique du Sud, ouvrant de nouvelles perspectives quant aux trajectoires évolutives de ces populations et au rôle joué par les milieux côtiers dans l’émergence des comportements dits modernes. Sur ces questions, elle coorganisa ainsi deux sessions : l’une en 2016, au Congrès de la SAfA “The role of North Africa in the emergence and development of modern behaviours: Integrated Approach”, l’autre en 2018 au Congrès PANAF “Diversity of hominin subsistence strategies across Africa from the Middle Pleistocene to the Holocene “.

Parallèlement, à ces grands questionnements anthropologiques, l’analyse fine du matériel osseux était au cœur de la démarche d’Emilie. Particulièrement active dans le domaine de la taphonomie avec notamment sa forte implication dans l’European Network for Quaternary Taphonomy, Emilie était aussi une femme de terrain. Depuis 2006, elle était membre de la mission franco-marocaine “El Harhoura-Témara” et en 2016 elle avait dirigé une mission ethnographique sur la frange côtière de la façade atlantique autour de Rabat-Témara afin de croiser données archéologiques et ethnologiques sur l’exploitation des mollusques marins. Afin de pouvoir pleinement discuter de la complémentarité des ressources animales terrestres et marines, elle avait en effet depuis quelques années élargi ses champs de compétence à la malacologie, l’amenant à se former auprès de Catherine Dupont et à commencer à développer des approches expérimentales sur l’utilisation des coquilles de mollusque comme couteau de boucherie. Cherchant à cerner la diversité des adaptations côtières, elle commençait tout juste à élargir ses recherches à toute la zone circumméditerranéenne tant chez les Néandertaliens du Pléistocène européen que chez les Hommes pleinement anatomiquement modernes de la fin du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène d’Afrique du Nord et d’Eurasie. Pendant toutes ces années, j’ai eu la chance de la côtoyer d’abord comme encadrante aux côtés de Patrick Michel puis comme collègue. Je salue ici son courage et son parcours scientifique si riche et stimulant intellectuellement. Emilie, tu vas nous manquer…

Sandrine Costamagno, le 31/03/2019

Bibliographie choisie

Campmas, E., Stoetzel, E., Denys, C. 2018. African carnivores as taphonomic agents: Contribution of modern coprogenic sample analysis to their identification. International Journal of Osteoarchaeology, p. 1–27.

Campmas, E., Chakroun, A., Chahid, D., Lenoble, A., Boudad, L., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2018. Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). In : Costamagno, S., Dupont C., Dutour, O., Gourichon L., Vialon D. (dir.), Animal symbolisé – Animal exploité. Du Paléolithique à la Protohistoire. Actes du 141ème Congrès du CTHS(Rouen, avril 11-13, 2016). Paris, Édition électronique du CTHS, p. 112-134.

Campmas E., Stoetzel E., Oujaa A., Scerri E. (dir.) 2018. Special Issue: The Role of North Africa in the Emergence and Development of Modern Behaviors: An Integrated Approach. African Archaeological Review, 34.

Campmas, E. 2017. Integrating human-animal relationships into new data on Aterian complexity: a paradigm shift for the North African Middle Stone Age. African Archaeological Review, 34, p. 469–491.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Nespoulet, R., El Hajraoui, M.A. 2017. Which predators are responsible for faunal accumulations at the Late Pleistocene layers of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco)? Comptes Rendus Palevol, 16, p. 333-350.

Campmas, E., Amani, F., Morala, A., Debénath, A., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2016. Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of Unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco). Quaternary International, 413, p. 5-20.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Amani, F., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M. 2015. Were Upper Pleistocene human/non-human predator occupations at the Témara caves (El Harhoura 2 and El Mnasra, Morocco) influenced by climate change? Journal of Human Evolution, 78, p. 122-143.

Campmas, E. 2012. Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des études taphonomique et archéozoologique menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra. Thèse de Doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 592 p.

Campmas, E., Daujeard, C., Lenoir, M., Ajas, A., Baillet, M., Bourgeon, L., Delvignes, V., Robert, B., Teyssandier, J., Armand, D., Rigaud, S. 2011. Nouvelles données sur le Magdalénien de l’Entre-deux-Mers : la faune de l’Abri Vidon (Juillac, Gironde). Préhistoire du Sud-Ouest, 19, p. 3-18.

Campmas, E., Laroulandie, V., Michel, P., Amani, F., Nespoulet, R., El Hajraoui, M. A. 2010. A Great Auk (Pinguinus impennis) in North Africa: Discovery of a bone remain in Neolithic layer of El Harhoura 2 Cave (Temara, Morocco). In : Prummel, W., Zeiler, J.T. et Brinkhuizen D.C. (dir.), Birds in Archaeology. Proceeding of the 6th meeting of the ICAZ bird working group in Groningen (Groningen 23-27 Août, 2008). Groningen Archaeological Studies, 12, p. 233-240.

Michel, P., Campmas, E., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M., Amani, F. 2010. La grande faune du Paléolithique supérieur (niveau 2) et du Paléolithique moyen (niveau 3) de la grotte d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc) : étude paléontologique, reconstitutions paléoécologiques et paléoclimatiques. Historical Biology, 22, p. 327-340.

Campmas, E., Beauval, C. 2008. Consommation osseuse des carnivores : résultats de l’étude de l’exploitation de carcasses de bœufs (Bos taurus) par des loups captifs. Annales de Paléontologie, 98, p. 167-186.h

Emilie Campmas

La date limite de soumission des abstracts inqua approche !

N’oubliez pas la date limite de soumission des abstracts pour le vingtième congrès de l’INQUA : le 9 janvier 2019 23h59 GMT.

Mise à jour : en raison d’une forte demande, la date limite de soumission des abstracts est repoussée au dimanche 13 janvier (23h59 GMT)

Cliquer ici pour les instructions de soumission.

Notez aussi la “Super Early Fee Registration Deadline” : 16 janvier 2019

Appel à contributions pour la revue Méditerranée : “Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine”

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Méditerranée intitulé “Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine” (coordinateurs du numéro : Benoît Devillers, Pau Olmos Benlloch et Père Castanyer).

Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine

L’un des oubliés des politiques d’aménagement en relation avec le recul actuel des rivages est l’érosion du patrimoine naturel, archéologique et géomorphologique. À l’échelle européenne, plusieurs initiatives ont mis en évidence la vulnérabilité du patrimoine face aux effets du changement climatique et la pression anthropique. La conservation et la mise en valeur de ce patrimoine fragile sont des défis de cette génération. La protection du patrimoine archéologique du domaine littoral accuse un retard certain par rapport aux zones marines et surtout continentales. Les raisons sont multiples : difficulté de fouilles, vitesse élevée des phénomènes d’érosion, manque de définition des compétences administratives et très forte pression foncière.

Actuellement, plusieurs équipes de recherche européennes travaillent sur la problématique de l’érosion du littoral et la protection du patrimoine archéologique, notamment sur la façade atlantique européenne : projet ALeRT (UMR 6566 CReAAH Rennes) ; Litaq (Ausonius, Bordeaux) ; SCHARP (University of Saint Andrews, Écosse) ; CITiZAN (Museum of London Archaeology, Angleterre) ; Bregantia (INCIPIT, Galice, Espagne) ; MASC project (Institut of Technology Sligo, Irlande). Les principaux résultats ont été présentés lors de conférences internationales comme le colloque Homer (Vannes, Bretagne, 2011), le colloque Weather Beaten Archaeology (Sligo, Irlande, 2015) ou bien lors de sessions spécifiques dans le colloque de l’Association Européenne d’Archéologues (EAA) (Helsinki, 2012 et Glasgow, 2015) ou le Landscape Archaeology Conference (Uppsala, 2016).

Les différents travaux menés à terme dans la façade atlantique montrent la nécessité des projets d’inventaire et de suivi de l’érosion des sites. Les épisodes de tempêtes des dernières années (2010, 2014) ont accéléré les processus de destruction et de découverte de sites archéologiques. En Méditerranée la situation est différente, les événements climatiques sont moins violents, mais on observe une érosion lente et progressive, en relation notamment avec l’urbanisation des côtes. Cependant il existe des exceptions là où la montée du niveau de la mer, les épisodes de surcote et la pression anthropique sont en train d’accélérer le processus d’érosion du littoral et la destruction du patrimoine archéologique, comme c’est le cas de l’archipel de Kerkennah en Tunisie.

Sur la côte méditerranéenne orientale et centrale, d’autres initiatives ont vu le jour, notamment le projet « Noé cartodata : carte de risque du patrimoine » (2006-2010) qui visait le développement d’une réflexion sur la protection du patrimoine culturel face aux risques naturels. Plus récemment, le projet européen CLIMA (Cultural Landscape risk Identification Management Assessment) a repris cette problématique sur l’analyse des processus d’érosion du sol et des vestiges archéologiques. Si ces projets sont surtout orientés sur l’aspect du patrimoine monumental, ils ont une base similaire aux projets qui se concentrent sur le patrimoine archéologique de la côte méditerranéenne occidentale.

L’appel à article concerne principalement deux thèmes principaux.

1 – Les paléo-paysages littoraux : un patrimoine à révéler

Des études récentes changent la vision de l’histoire des littoraux de leurs points de vue archéologique et géomorphologique. Ce numéro est l’occasion de présenter de nouvelles recherches qui se distinguent par leur finesse de restitution de ces paysages ou par les apports innovants à la connaissance des littoraux, que ce soit des points géoarchéologiques ou archéologiques. Au final, les données produites constituent un patrimoine qui peut mener à une valorisation par une démarche de médiation. À partir des études géologiques et géomorphologiques en cours sur le littoral elles peuvent aussi intégrer des outils de gestion et de recherche des territoires littoraux.

2 – Inventaire et sauvegarde de la mémoire du littoral

Le deuxième objectif est le partage de l’état des lieux de l’érosion du patrimoine littoral ainsi que le partage des méthodes de travail concernant sa valorisation ou sa préservation. Nous proposons de publier le retour d’expériences en sciences participatives et des outils sociaux sur ce thème. L’objectif final est de mettre en valeur le potentiel de ce type d’initiative face aux faiblesses d’action des pouvoirs publics.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs (http://mediterranee.revues.org/584).

Renseignements à fournir

Titre de la proposition ;

Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l’auteur correspondant) ;

Adresse du correspondant ;

Résumé et abstract (250 mots maximum) ;

Mot-clés et keywords (5 maximum) ;

Index géographique.

Contacts

Benoît Devillers, UPV-UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier, bdevillers@gmail.com

Pau Olmos Benlloch, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, Cataluña, España, polmos@icac.cat

Père Castanyer Masoliver, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, L’Escala, Cataluña, España, pcastanyer@gencat.cat

 

L’AFEQ-CNF INQUA est une association qui bouge !

Une excursion annuelle (bientôt le Portugal !), un colloque Q tous les deux ans au cours duquel sont décernés un prix de thèse et bientôt une médaille honorant une carrière remarquable (plus d’informations à venir…), une journée spécialisée avec la SGF chaque année (cette année : la Méditerranée), des financements attribués chaque année à une dizaine de jeunes chercheur·se·s pour les aider à participer à des colloques internationaux… autant d’actions qui reflètent une communauté dynamique, diversifiée et soudée.

L’AFEQ-CNF INQUA c’est aussi, évidemment, une revue spécialisée, indépendante et de qualité : Quaternaire. Si vous êtes abonné·e·s, vous avez déjà pu tester cette année l’accès en ligne à la revue dès sa parution. L’année prochaine, vous pourrez choisir de passer au tout numérique ou de continuer à recevoir vos fascicules papier : une évolution qui était attendue…

Tout cela à un coût et si l’AFEQ-CNF INQUA a réussi à maintenir les mêmes tarifs depuis 2013, il était temps de les faire évoluer un peu… mais pas trop !

A compter de 2019, les nouveaux tarifs seront les suivants :
Adhésion seule : 20 euros /an
Adhésion avec abonnement à Quaternaire : 60 euros / an
Adhésion avec abonnement à Quaternaire pour les étudiants et hors-statuts : 40 euros / an

Journée AFEQ-SGF 2018 : Transformations climatiques et sociétales dans le monde méditerranéen au cours des 12 derniers milliers d’années

La journée AFEQ-SGF 2018 portera sur les Transformations climatiques et sociétales dans le monde méditerranéen au cours des 12 derniers milliers d’années. Elle se tiendra le vendredi 16 novembre, à la Maison de la Géologie à Paris.

Pour plus d’information, consultez le programme ou contactez Laurent Lespez (laurent.lespez@lgp.cnrs.fr).

La capacité de la salle étant limitée, vous devez obligatoirement vous inscrire au plus vite auprès de Laurent Lespez.

Décès de Jean Sommé

Nous venons d’apprendre le décès de Jean Sommé survenu le 20 septembre 2018. Jean Sommé, professeur émérite de Géographie physique à l’université de Lille et ancien président de l’AFEQ a été une personnalité active, respectée et appréciée de la communauté depuis le débuts des années 1960. Il avait un talent certain pour s’exprimer avec clarté et précision, tant dans ses écrits que dans ses figures et cartes. Il maniait les concepts avec rigueur et n’hésitait pas à bousculer idées reçues et préceptes mal fondés. L’AFEQ-CNF INQUA, en collaboration avec la SGN et l’INRAP, lui avait rendu hommage l’automne dernier à travers une journée d’étude sur le thème des “plaines du nord de la France” et avait fêté avec lui les 40 ans de la publication de sa thèse d’Etat.

Nous perdons un esprit vif et passionné, un collègue, un ami…
Nos pensées vont aux membres de sa familles.

Une cérémonie religieuse aura lieu à l’église Saint-Vincent de Marcq-en-Baroeul (Nord), le mercredi 26 septembre à 11h.