Tous les articles par patriciamar

Protéger la biodiversité : un manque de décisions politiques et non de connaissances scientifiques

En quinze ans, presque 13 000 articles de recherche ont été publiés dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation. Pourtant, la biodiversité reste menacée partout dans le monde.
Deux chercheurs du CNRS se sont penchés sur ce paradoxe
inquiétant en décortiquant cette riche littérature. Selon eux, l’un des obstacles majeurs serait la recherche constante d’arbitrages plus favorables aux activités humaines qu’à la protection de la nature. Cette étude est publiée le 10 septembre dans Trends in Ecology and Evolution.

 

© Thomas VIGNAUD/Te mana O Te Moana/Centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement (Perpignan)/CNRS Photothèque
Les principales menaces qui pèsent encore sur la biodiversité sont en réalité connues depuis 40 ans, surnommées « les quatre grands maux » depuis cette époque : (i) la trop forte exploitation des ressources (surchasse ou surpêche par exemple), (ii) la fragmentation de l’habitat des espèces, (iii) l’introduction d’espèces invasives et enfin (iv) les extinctions en chaîne qui peuvent découler des trois premiers facteurs. S’y ajoutent aujourd’hui les changements climatiques qui déséquilibrent plus encore les milieux naturels.

 

Selon les chercheurs, les propositions de solutions durables, compatibles avec les activités humaines, ne manquent pas. Le frein majeur réside plutôt dans la demande de compromis toujours plus favorables à l’exploitation plutôt qu’à la conservation, malgré des recommandations scientifiques déjà timorées.

Sources :
What conservation does. L. Godet et V. Devictor. Trends in Ecology and Evolution, le 10 septembre 2018.

Journées Climat et Impacts les 29 et 30 novembre 2018, Orsay

La 5ème édition des Journées “Climat et Impacts” a pour objectif de croiser les expertises scientifiques concernant la variabilité du climat, son impact sur les écosystèmes et les liens entre les sociétés et leurs environnements à toutes les échelles de temps. Elles se tiendront les 29 et 30 novembre sur le campus d’Orsay (Université de Paris-Sud). Elles s’articuleront autour de 8 sessions.

 

A l’instar, des éditions précédentes, la participation est gratuite mais l’inscription est obligatoire. Les inscriptions et résumés sont attendus d’ici le 24 octobre. Un prix sera attribué à la meilleure communication « jeune ».

Subventions colloques – deuxième appel 2018

L’AFEQ-CNF INQUA subventionne la participation d’étudiant·e·s en master ou en thèse et de jeunes chercheur·e·s postdoctoraux, membres de l’association et à jour de leur cotisation , à des manifestations scientifiques concernant les différentes thématiques et disciplines liées à l’étude du Quaternaire.

Pour la prochaine session, les demandes de subventions doivent être déposées avant le 20 décembre 2018 (avec une cotisation à jour pour l’année où au cours de laquelle se déroule le colloque).


Quand les glaciers deviennent des pluviomètres : reconstruction des changements hydrologiques majeurs dans les Andes pendant la dernière déglaciation

Une équipe internationale(1) a pu reconstruire une carte des paléoprécipitations qui se sont produites dans les Andes tropicales il y a 15 500 ans, et ainsi comprendre les processus atmosphériques à l’œuvre dans les modifications abruptes du cycle de l’eau tropical en Amérique du Sud.

Au sud des Andes tropicales, sur l’Altiplano bolivien, le climat est aujourd’hui d’une aridité extrême, on y rencontre le plus grand désert salé du monde, le Salar de Uyuni. Pourtant, il y a seulement 15 500 ans (c.-à-d. 13 500 ans av. J.-C.) cette région hébergeait un lac immense, le lac Tauca, qui a couvert pendant plus de 1000 ans une superficie de 52 000 km2, une taille comparable à celle de l’immense lac Michigan, avec des profondeurs dépassant 120 m.

Paysages actuels du Salar de Uyuni (3660 m) (© P.-H. Blard). Il y a 15 500 ans, le Salar, le plus grand désert salé du monde, était immergé sous environ 100 m d’eau. Le Tunupa était alors une île isolée au centre du paléolac Tauca.

 

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs du CRPG et leurs collègues ont tiré profit de dépôts glaciaires de l’Altiplano pour mettre en œuvre une méthode inédite. Un lac et un glacier ont en effet des sensibilités contrastées aux précipitations et aux températures, cette différence étant due au fait qu’il faut plus d’énergie pour évaporer l’eau d’un lac que pour fondre la glace d’un glacier. En reconstruisant la position des paléoglaciers synchrones du lac Tauca, les chercheurs ont déterminé l’augmentation de précipitation et le refroidissement qui régnaient au moment du lac Tauca il y a 15 500 ans. Ils ont réalisé pour la première fois une cartographie régionale des paléoprécipitations à l’échelle de l’Altiplano.

 

Sources:

Institut National des Sciences de l’Univers, CNRS

Lake Tauca highstand (Heinrich Stadial 1a) driven by a southward shift of the Bolivian High, L.C.P. Martin, P.-H. Blard, J. Lavé, T. Condom, M. Premaillon, V. Jomelli, D. Brunstein, M. Lupker, J. Charreau, V. Mariotti, B. Tibari, ASTER Team, E. Davy, Science Advances, 2018;4: eaar2514.

 

(1) Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG, CNRS / Université de Lorraine), Institut des géosciences de l’environnement (IGE/OSUG, CNRS / IRD / UGA / Grenoble INP), Laboratoire de géographie physique : environnements quaternaires et actuels (LGP, CNRS / Université Panthéon-Sorbonne / Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne / INRAP), Centre européen de recherche et d’enseignement en géosciences de l’environnement (CEREGE/PYTHÉAS, CNRS / Aix-Marseille Université / IRD / Collège de France / INRA), Université d’Oslo et Université Libre de Bruxelles

Reconstruction de la température des derniers millénaires en Arctique

Reconstituer les températures Arctiques antérieures aux changements climatiques récents nécessite d’utiliser des indicateurs indirects mesurés dans les archives paléoclimatiques.

Une équipe internationale impliquant deux laboratoires français(1) a constitué une nouvelle base de données à haute résolution spatiale et temporelle permettant de reconstituer précisément les températures en Arctique. Pour les derniers siècles, ces données sont cohérentes avec les observations directes.

Évolution des températures sur les derniers 2000 ans à l’échelle de la région arctique-subarctique calculée à partir de la base de données PAGES Arctic 2k (modifiée à partir de Nicolle et coll., 2018). Crédit photo: L. Chaumillon.

Sources:

Institut National des Sciences de l’Univers, CNRS

Linderholm, H. W., Nicolle, M., Francus, P., Gajewski, K., Helama, S., Korhola, A., Solomina, O., Yu, Z., Zhang, P., D’Andrea, W. J., Debret, M., Divine, D. V., Gunnarson, B. E., Loader, N. J., Massei, N., Seftigen, K., Thomas, E. K., Werner, J., Andersson, S., Berntsson, A., Luoto, T. P., Nevalainen, L., Saarni, S., and Väliranta, M.: Arctic hydroclimate variability during the last 2000 years: current understanding and research challenges, Clim. Past, 14, 473-514, https://doi.org/10.5194/cp-14-473-2018

Nicolle, M., Debret, M., Massei, N., Colin, C., deVernal, A., Divine, D., Werner, J. P., Hormes, A., Korhola, A., and Linderholm, H. W.: Climate variability in the subarctic area for the last 2 millennia, Clim. Past, 14, 101-116, https://doi.org/10.5194/cp-14-101-2018

 

(1) Laboratoire Morphodynamique continentale et côtière (M2C, Université de Caen Normandie / Université de Rouen Normandie / CNRS) et Laboratoire Géosciences Paris-Sud (GEOPS/IPSL, CNRS / Université Paris-Sud)

Trois offres d’emploi

 

Post-doc en Géoarchéologie à Tromsø (Norvège) au sein du programme ERC “Terrace Archaeology and Culture in Europe” (TerrACE), ici: https://www.jobbnorge.no/ledige-stillinger/stilling/154713/postdoctoral-fellow-at-the-tromsoe-university-museum

Poste d’IR contractuel en Micromorphologie et sédimentologie au laboratoire ArScAn (Paris), ici: http://labex-dynamite.com/fr/poste-dingenieur-de-recherches-micromorphologie-sedimentologie-3/

Chargé·e d’enseignement en Géosciences à l’Université de Rouen (attention URGENT)

L’université de Rouen Normandie recherche pour son département de Géosciences et Environnement, un contractuel d’enseignement pour une année pour la rentrée 2018.

Le ou La recruté(e) aura pour mission d’assurer au minimum 192h d’enseignement réparties sur les deux semestres essentiellement en Licence (L2 et L3) dans les domaines de la géologie : cristallographie, magmatisme et métamorphisme, orogenèse et géologie régionale. Des enseignements de sédimentologie, de tectonique et/ou de géodynamique interne pourront également être confiés selon le profil. Les supports de cours sont déjà existants et seront disponibles pour le ou la recruté(e). Une expérience d’enseignement dans les matières susmentionnées avec un cursus universitaire en géologie est attendue. Le candidat sera rattaché au laboratoire UMR CNRS M2C  afin de mener ses recherches.

Statut du poste : Contractuel d’enseignement à 50% soit 192h annuelles. La rémunération est statutaire de 1200€ net mensuel pour un docteur et de 1000€ net mensuel pour un non docteur.
Celle-ci pourra être augmentée par la réalisation d’heures complémentaires (#40€/heure) au-delà des 192h annuelles prévues au contrat. La date prévue d’embauche est dès septembre 2018 pour cette rentrée.

Pour candidater, envoyez un CV et une lettre de motivation à M. FOURNIER Matthieu, directeur du département Géosciences et Environnement (matthieu.fournier@univ-rouen.fr ).
Pour tout complément d’information, coordonnées de M. FOURNIER Matthieu Email : matthieu.fournier@univ-rouen.fr

Emploi de chercheur en géochronologie au CENIEH

Research Scientist in Uranium Series Dating (Geochronology, CENIEH)

The CENIEH (National Research Centre for Human Evolution, in Burgos, Spain) is seeking applications to fill a tenure-track Research Scientist position to conduct research in the field of uranium-series Dating applied to archaeological and paleontological sites, and to develop new techniques in that field to enhance the institute’s analytical capabilities in geochronology. Duties will include overseeing, managing, and ensuring the efficient running of the ICP-MS laboratory at the CENIEH. The ICP-MS facility is equipped with a ThermoFinnigan Neptune MC-ICP-MS, with a CETAC autosampler, a NewWave UP213 nm laser ablation facility, a New Wave Instruments Micromill, and a clean room for sample preparation. The successful candidate will also develop new analytical protocols, ensure quality control, and support internal and external research projects of faculty and visiting scientists. The incumbent will take an active role in the communication of research results to the scientific !
 community and play a significant role in grant and contract applications.

Qualifications include a Ph.D. in geosciences, or a closely allied field, a publication record, experience with ICP-MS, reagent and sample preparation, and clean room practices and protocols. The ability to interact effectively with a broad range of researchers will be considered a strong asset. Experience in stratigraphy and Quaternary geology is desirable.

To view the full job description, please go to: www.cenieh.es. For questions about the position, please contact Prof. Pares (josep.pares@cenieh.es).