Tous les articles par patriciamar

Découverte de la plus ancienne pollution au plomb chez l’humain : 250 000 ans

Des analyses effectuées sur les dents de deux enfants néandertaliens provenant du site archéologique de Payre (Ardèche) et fouillé par Marie-Hélène Moncel, chercheuse au CNRS, attestent de la plus ancienne exposition au plomb chez l’humain. Une équipe internationale de chercheurs a mesuré les concentrations de métaux dans l’émail de ces dents, datées d’environ 250 000 ans, et montré que les deux enfants avaient été exposés au plomb lors de séjours dans des cavités comme le suggère la présence de mines de plomb dans un périmètre de 25 kilomètres. Les dents ayant un rythme de croissance identique à celui des cernes des arbres, les chercheurs ont aussi pu montrer que les enfants étaient tombés malades durant la saison froide, et que l’un des Néandertaliens était né au printemps. En mesurant les concentrations de baryum, un marqueur de la consommation de lait, les chercheurs ont aussi constaté qu’un des deux enfants avait été allaité jusqu’à deux ans et demi, et sevré à l’automne. L’étude publiée le 31 octobre 2018 dans Science Advances est une contribution majeure aux connaissances sur l’enfance des Néandertaliens.

Photographie d’une des dents des enfants néandertaliens. © Smith et al.

Sources :

CNRS-INEE

Wintertime Stress, Nursing, and Lead Exposure in Neanderthal Children. Tanya M. Smith, Christine Austin, Daniel R. Green, Renaud Joannes-Boyau, Shara Bailey, Dani Dumitriu, Stewart Fallon, Rainer Grün, Hannah F. James, Marie-Hélène Moncel, Ian Williams, Rachel Wood, Manish Arora. October 31st, 2018, Science Advances. DOI : 10.1126/sciadv.aau9483

Une explication des cycles de changements climatiques abrupts des derniers 130 000 ans

Une équipe internationale(1) a modélisé le couplage entre d’un côté l’étendue de la glace de mer et des plateformes glaciaires marines, et de l’autre, la température des eaux proches de la surface de l’Atlantique Nord. Ce modèle explique les variations abruptes de température au Groenland et en Atlantique Nord durant le dernier intervalle glaciaire, entre 130 000 et 15 000 ans. Il reproduit également le déphasage entre les températures des deux hémisphères durant cette période, telles qu’estimées à partir de mesures dans les carottes de glace au Groenland et en Antarctique. Ces travaux devraient aider à évaluer le risque de tels changements abrupts dans le proche avenir.

Le dernier intervalle glaciaire a été marqué par des changements climatiques abrupts appelés événements de Dansgaard-Oeschger (DO). Ces événements, caractérisés par des augmentations importantes de température sur le Groenland jusqu’à 15°C en quelques décennies et un retour aux conditions glaciaires en plusieurs siècles, se sont répétés à de nombreuses reprises durant le dernier cycle glaciaire. Toutefois, la cause de ces transitions et leur relation déphasée avec des événements correspondants en Antarctique restent peu claires. En effet, une théorie satisfaisante des cycles de Dansgaard-Oeschger manquait toujours

L’équipe a réalisé un modèle dynamique afin d’expliquer ces événements DO au Groenland, mais aussi leurs homologues observés en Antarctique. Ce modèle se focalise sur les interactions entre les plateformes de glace issues des calottes de l’hémisphère nord (et plus précisément le Groenland), la glace de mer et les courants océaniques. Il démontre que le caractère répétitif et la rapidité de la phase de réchauffement des événements DO reposent sur les retraits rapides et les régénérations plus lente d’épaisses plateformes glaciaires marines, de plusieurs centaines de mètres, et de la glace de mer bien plus fine, de quelques mètres seulement autour des calottes de l’hémisphère nord.

Variabilité du dernier intervalle glaciaire telle qu’exprimée par les variations du rapport isotopique de l’oxygène (18O) obtenues à partir de deux carottes de glace: en bleu au Groenland (carotte NGRIP–North GReenland ice core project) et en orange en Antarctique (carotte WAIS – West Antarctic ice sheet divide project). Âge en milliers d’années précédant l’an 2000.

Le modèle proposé reproduit avec succès les caractéristiques observées dans les variations du rapport isotopique de l’oxygène, comme la forme en dents de scie des cycles DO (avec un réchauffement brutal et un refroidissement plus lent vers les conditions glaciaires), les intervalles entre événements DO successifs durant les derniers 130 000 ans, et aussi le déphasage du signal climatique observé dans les carottes de glace du Groenland et en Antarctique : quand le Groenland se réchauffait, l’Antarctique se refroidissait, et inversement, les réchauffements abrupts observés au Groenland n’ayant pas toutefois leurs homologues en Antarctique.

Par ailleurs, cette étude propose une explication de changements climatiques abrupts et pourrait ainsi aider à évaluer plus précisément le risque de transitions climatiques brusques dans un avenir proche.

(1) Laboratoires et instituts impliqués : Laboratoire de météorologie dynamique (LMD/IPSL, CNRS / ENS / École Polytechnique / Sorbonne Université), Potsdam institute for climate impact research (Germany), Grantham institute (Imperial college, UK), University of California (USA) et Columbia University (USA)

Sources:

CNRS – INSU

Boers, Niklas, Michael Ghil and Denis-Didier Rousseau. ”Ocean circulation, ice shelf and sea ice interactions explain Dansgaard-Oeschger cycles”. Proceedings of the National Academy of Sciences USA (2018) www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1802573115

Appel à contributions pour la revue Méditerranée : « Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine »

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Méditerranée intitulé « Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine » (coordinateurs du numéro : Benoît Devillers, Pau Olmos Benlloch et Père Castanyer).

Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine

L’un des oubliés des politiques d’aménagement en relation avec le recul actuel des rivages est l’érosion du patrimoine naturel, archéologique et géomorphologique. À l’échelle européenne, plusieurs initiatives ont mis en évidence la vulnérabilité du patrimoine face aux effets du changement climatique et la pression anthropique. La conservation et la mise en valeur de ce patrimoine fragile sont des défis de cette génération. La protection du patrimoine archéologique du domaine littoral accuse un retard certain par rapport aux zones marines et surtout continentales. Les raisons sont multiples : difficulté de fouilles, vitesse élevée des phénomènes d’érosion, manque de définition des compétences administratives et très forte pression foncière.

Actuellement, plusieurs équipes de recherche européennes travaillent sur la problématique de l’érosion du littoral et la protection du patrimoine archéologique, notamment sur la façade atlantique européenne : projet ALeRT (UMR 6566 CReAAH Rennes) ; Litaq (Ausonius, Bordeaux) ; SCHARP (University of Saint Andrews, Écosse) ; CITiZAN (Museum of London Archaeology, Angleterre) ; Bregantia (INCIPIT, Galice, Espagne) ; MASC project (Institut of Technology Sligo, Irlande). Les principaux résultats ont été présentés lors de conférences internationales comme le colloque Homer (Vannes, Bretagne, 2011), le colloque Weather Beaten Archaeology (Sligo, Irlande, 2015) ou bien lors de sessions spécifiques dans le colloque de l’Association Européenne d’Archéologues (EAA) (Helsinki, 2012 et Glasgow, 2015) ou le Landscape Archaeology Conference (Uppsala, 2016).

Les différents travaux menés à terme dans la façade atlantique montrent la nécessité des projets d’inventaire et de suivi de l’érosion des sites. Les épisodes de tempêtes des dernières années (2010, 2014) ont accéléré les processus de destruction et de découverte de sites archéologiques. En Méditerranée la situation est différente, les événements climatiques sont moins violents, mais on observe une érosion lente et progressive, en relation notamment avec l’urbanisation des côtes. Cependant il existe des exceptions là où la montée du niveau de la mer, les épisodes de surcote et la pression anthropique sont en train d’accélérer le processus d’érosion du littoral et la destruction du patrimoine archéologique, comme c’est le cas de l’archipel de Kerkennah en Tunisie.

Sur la côte méditerranéenne orientale et centrale, d’autres initiatives ont vu le jour, notamment le projet « Noé cartodata : carte de risque du patrimoine » (2006-2010) qui visait le développement d’une réflexion sur la protection du patrimoine culturel face aux risques naturels. Plus récemment, le projet européen CLIMA (Cultural Landscape risk Identification Management Assessment) a repris cette problématique sur l’analyse des processus d’érosion du sol et des vestiges archéologiques. Si ces projets sont surtout orientés sur l’aspect du patrimoine monumental, ils ont une base similaire aux projets qui se concentrent sur le patrimoine archéologique de la côte méditerranéenne occidentale.

L’appel à article concerne principalement deux thèmes principaux.

1 – Les paléo-paysages littoraux : un patrimoine à révéler

Des études récentes changent la vision de l’histoire des littoraux de leurs points de vue archéologique et géomorphologique. Ce numéro est l’occasion de présenter de nouvelles recherches qui se distinguent par leur finesse de restitution de ces paysages ou par les apports innovants à la connaissance des littoraux, que ce soit des points géoarchéologiques ou archéologiques. Au final, les données produites constituent un patrimoine qui peut mener à une valorisation par une démarche de médiation. À partir des études géologiques et géomorphologiques en cours sur le littoral elles peuvent aussi intégrer des outils de gestion et de recherche des territoires littoraux.

2 – Inventaire et sauvegarde de la mémoire du littoral

Le deuxième objectif est le partage de l’état des lieux de l’érosion du patrimoine littoral ainsi que le partage des méthodes de travail concernant sa valorisation ou sa préservation. Nous proposons de publier le retour d’expériences en sciences participatives et des outils sociaux sur ce thème. L’objectif final est de mettre en valeur le potentiel de ce type d’initiative face aux faiblesses d’action des pouvoirs publics.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs (http://mediterranee.revues.org/584).

Renseignements à fournir

Titre de la proposition ;

Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l’auteur correspondant) ;

Adresse du correspondant ;

Résumé et abstract (250 mots maximum) ;

Mot-clés et keywords (5 maximum) ;

Index géographique.

Contacts

Benoît Devillers, UPV-UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier, bdevillers@gmail.com

Pau Olmos Benlloch, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, Cataluña, España, polmos@icac.cat

Père Castanyer Masoliver, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, L’Escala, Cataluña, España, pcastanyer@gencat.cat

 

Effets d’un changement de température sur les écosystèmes : comprendre le passé pour prédire le futur

La plupart des modèles de simulations climatiques et de végétation indiquent que le changement climatique en cours aura un impact global et de grande ampleur sur les espèces et les écosystèmes terrestres durant les décennies à venir. Des observations sur le terrain donneraient probablement plus de confiance aux chercheurs dans les projections futures et permettraient donc de prendre des décisions plus appropriées. Une démarche originale a été mise en oeuvre sur la base des observations et l’expertise de plus de 40 chercheurs en paléoécologie à travers le globe.

Chaque chercheur a évalué les changements de structure et de composition des écosystèmes durant la transition entre la dernière période glaciaire centrée autour de 20000 ans avant nos jours et 14000 ans avant nos jours environ dans des séquences fossiles situés dans sa zone d’étude. Ces enregistrements fossiles représentent une archive unique et inestimable et fournissent des observations concrètes de la relation entre les changements climatiques globaux et la composition et la structure des écosystèmes. La période de temps choisie est très intéressante en terme d’augmentation des températures et de modification des écosystèmes à une échelle globale même si elle ne peut pas être considérée comme analogue aux changements climatiques attendus, notamment à cause des concentrations de taux de CO2 qui étaient plus faibles qu’actuellement.

Forêts de montagnes au Cameroun (A © A.-M. Lézine) et au Maroc (B © R.Cheddadi) ou l’impact du changement climatique en cours est visible sur des populations déjà situées en limite d’aire altitudinale.

Cette approche basée-expert a permis d’examiner plusieurs centaines d’enregistrements paléoécologiques publiés pour évaluer les changements de composition et de structure de la végétation terrestre mondiale. La synthèse des résultats publiée dans la revue Science et leur comparaison avec des simulations montre que dans le cas du scénario RCP2.6 (augmentation de température d’environ 1.5°C, conforme à celle de l’Accord de Paris de 2015) l’impact serait limité mais dans le cas du scénario RCP8.5, les écosystèmes terrestres seraient fortement menacés par l’augmentation des températures et la plupart des écosystèmes risqueraient des transformations profondes, irréversibles et telles que les services écosystémiques et la biodiversité en seraient irrémédiablement affectés.

Des chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier, de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale, du  Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement et du Laboratoire d’océanographie et du climat ont participé à cette étude.

Sources :

CNRS – INEE

Past and future global transformation of terrestrial ecosystems under climate change. Connor Nolan et al. Science. 31 Aug 2018. DOI: 10.1126/science.aan5360

Offre de stage Master rémunéré Malacologie Quaternaire

Offre de stage de Master (1 ou 2) pour 4 mois, à partir de Février 2019, rémunéré, au Laboratoire de Géographie Physique de Meudon en paléoenvironnement (malacofaunes) sous la direction de N. Limondin-Lozouet et S. Granai :

MéMo : Mémoire des environnements holocènes des vallées franciliennes enregistrée par les Mollusques continentaux

L’annonce du stage est visible à cette adresse : http://www.dim-map.fr/projets-soutenus/memo/

Le descriptif complet du stage est accessible à l’adresse suivante : https://www.iledefrance.fr/trouvez-un-stage/memoire-environnements-holocenes-vallees-franciliennes-enregistree-les-mollusques

L’acte de candidature doit obligatoirement se faire via le site de la Région : https://www.iledefrance.fr/trouvez-un-stage

Contacter Nicole Limondin-Lozouet (nicole.limondin@lgp.cnrs.fr)

Des dents humaines vieilles de 450 000 ans révèlent des caractéristiques néandertaliennes

Des équipes de recherche françaises et italiennes ont analysé par des scans à rayons X les plus vieilles dents humaines découvertes sur la péninsule italienne. Ces spécimens vieux d’environ 450 000 ans et provenant des sites italiens de Fontana Ranuccio, à 50km de Rome, et de Visogliano, à moins de 20 km de Trieste, montrent déjà des caractéristiques néandertaliennes. L’étude menée par Clément Zanolli, paléoanthropologue à l’Université Toulouse III, vient d’être publiée dans la revue PLOS One.

Rendus virtuels des molaires Vis. 3 et FR1R des sites de Visogliano et Fontana Ranuccio montrant en semi-transparence la morphologie de la dentine sous l’émail et de la cavité pulpaire. © Clément Zanolli

L’histoire des Néandertaliens reste encore méconnue, surtout dans la période la plus ancienne de leur évolution, entre le moment où leur lignée s’est séparée de la nôtre aux alentours de la transition du Pléistocène inférieur et moyen (entre 1 million d’années et 650 000 ans environ), et l’émergence des Néandertaliens classiques il y a moins de 200 000 ans. Une des périodes clés pour comprendre l’origine des Néandertaliens se situe donc dans l’intervalle entre 500 000 et 350 000 ans.

Une collaboration internationale impliquant des chercheurs français et italiens a permis d’étudier la structure interne des restes dentaires issues de ces deux sites italiens en utilisant des méthodes d’imagerie à haute résolution, la microtomographie à rayons X. L’analyse des différents paramètres comme les proportions des tissus dentaires, l’épaisseur de l’émail, la morphologie de la dentine et de la cavité pulpaire ont permis de mettre en évidence chez ces spécimens italiens des traits caractéristiques trouvés fréquemment chez les Néandertaliens et qui diffèrent clairement de ceux propres aux humains modernes. Les résultats suggèrent un fractionnement démographique et des périodes d’isolement plus ou moins prolongées. Un des facteurs importants à prendre en compte est le climat. Il y a 450.000 ans, l’Europe du Nord était couverte par les glaces et le nord de l’Espagne et de l’Italie devaient être à la limite septentrionale des zones habitables.

Sources :

CNRS – Institut Ecologie et Environnement (INEE)

Zanolli C, Martinón-Torres M, Bernardini F, Boschian G, Coppa A, Dreossi D, Mancini L, Martínez de Pinillos M, Martín-Francés L, Bermúdez de Castro JM, Tozzi C, Tuniz C, Macchiarelli R. The Middle Pleistocene (MIS 12) human dental remains from Fontana Ranuccio (Latium) and Visogliano (Friuli-Venezia Giulia), Italy. A comparative high resolution endostructural assessment. PLoS One. 2018 Oct 3;13(10):e0189773. PubMed PMID: 30281595.

L’AFEQ-CNF INQUA est une association qui bouge !

Une excursion annuelle (bientôt le Portugal !), un colloque Q tous les deux ans au cours duquel sont décernés un prix de thèse et bientôt une médaille honorant une carrière remarquable (plus d’informations à venir…), une journée spécialisée avec la SGF chaque année (cette année : la Méditerranée), des financements attribués chaque année à une dizaine de jeunes chercheur·se·s pour les aider à participer à des colloques internationaux… autant d’actions qui reflètent une communauté dynamique, diversifiée et soudée.

L’AFEQ-CNF INQUA c’est aussi, évidemment, une revue spécialisée, indépendante et de qualité : Quaternaire. Si vous êtes abonné·e·s, vous avez déjà pu tester cette année l’accès en ligne à la revue dès sa parution. L’année prochaine, vous pourrez choisir de passer au tout numérique ou de continuer à recevoir vos fascicules papier : une évolution qui était attendue…

Tout cela à un coût et si l’AFEQ-CNF INQUA a réussi à maintenir les mêmes tarifs depuis 2013, il était temps de les faire évoluer un peu… mais pas trop !

A compter de 2019, les nouveaux tarifs seront les suivants :
Adhésion seule : 20 euros /an
Adhésion avec abonnement à Quaternaire : 60 euros / an
Adhésion avec abonnement à Quaternaire pour les étudiants et hors-statuts : 40 euros / an

Valérie Masson-Delmotte auditionnée au sénat sur les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Gif-sur-Yvette, est co-présidente du groupe de travail  sur les bases physiques du climat du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). Suite à la publication d’un rapport spécial sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C, elle a été auditionnée au Sénat. Une vidéo de son témoignage et des questions réponses qui ont suivi est disponible sur le site web su sénat.

Dans une présentation de 13 minutes, elle résume en termes très accessibles et pédagogiques la construction et les conclusions de ce rapport. Il a été préparé suite à une demande de la COP 21 portée par les pays les plus vulnérables au réchauffement climatique. Ce rapport a une dimension inter-disciplinaire sans précédent dans la rédaction de chacun de ses chapitres. Il comprend notamment deux chapitres très novateurs sur les options d’action et les bénéfices à agir maintenant vis à vis d’objectifs de développement durable.

© Sean Wu / IISD6ENB

Les quatre messages clés du rapport sont les suivants :

  • Le changement climatique affecte déjà les hommes, les écosystèmes et les moyens de subsistance partout
  • Il y a des avantages indéniables à limiter le réchauffement global à 1,5°C par rapport à 2°C ou plus, et chaque demi-degré compte
  • Limiter ce réchauffement global à 1,5°C n’est pas impossible mais demanderait des transitions sans précédent dans tous les aspects de la société et la volonté politique est cruciale
  • Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C peut aller de pair avec la réalisation d’objectifs mondiaux du développement durable pour l’amélioration de la qualité de vie de tous

Valérie Masson-Delmotte conclue son intervention par ce message :

Chaque demi-degré compte, vis à vis des risques climatiques. Chaque année compte, vis à vis des conséquences pour maîtriser le changement climatique. Chaque décision compte. Ne pas agir aujourd’hui, c’est augmenter le fardeau pour les jeunes générations qui devront faire face aux conséquences du réchauffement et au déploiement d’actions plus difficiles et plus risquées. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C n’est pas impossible mais la volonté politique pour accélérer les transitions est essentielle.

Cette intervention est suivie d’une discussion approfondie, qui évoque notamment l’alarmisme, et la nécessité de courage. La production de connaissances sur les impacts locaux du réchauffement climatique. Les options d’action du local au global. Les liens climat – santé – développement durable – éradication de la grande pauvreté – démographie. Les trajectoires énergétiques. Les choix individuels et collectifs responsables. Le fonctionnement du GIEC et son rôle vis à vis de la communauté politique et les acteurs du changement. Les pays et régions vulnérables. Le rôle de l’éducation et la mobilisation de la jeunesse.

Sources :

Rapport spécial du GIEC sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Audition de Valérie Masson-Delmotte au Sénat

Espace presse du CEA – un monde à +1,5°C

Journée AFEQ-SGF 2018 : Transformations climatiques et sociétales dans le monde méditerranéen au cours des 12 derniers milliers d’années

La journée AFEQ-SGF 2018 portera sur les Transformations climatiques et sociétales dans le monde méditerranéen au cours des 12 derniers milliers d’années. Elle se tiendra le vendredi 16 novembre, à la Maison de la Géologie à Paris.

Pour plus d’information, consultez le programme ou contactez Laurent Lespez (laurent.lespez@lgp.cnrs.fr).

La capacité de la salle étant limitée, vous devez obligatoirement vous inscrire au plus vite auprès de Laurent Lespez.

La complexité des anciennes cités mayas désormais démontrée

La détection, grâce à la technologie Lidar, de milliers de ruines mayas au nord du Guatemala avait été révélée en janvier dernier. Leur analyse poussée est publiée le 28 septembre 2018 dans la revue Science par une collaboration internationale à laquelle ont participé deux chercheurs français, un archéologue du CNRS et un géographe de l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Grâce au Lidar, 135 km2, soit 70 fois la zone d’étude étudiée jusque-là, ont pu être explorés. Première surprise : la densité de l’occupation humaine dans cette région, bien supérieure à ce que l’on imaginait jusque-là (plus de 62 000 structures repérées dont 12 000 pour la zone de Naachtun). Et parmi les autres découvertes figurent l’inter-connectivité, insoupçonnée à cette échelle, des cités mayas entre elles via la construction de longues chaussées qui traversent zones de collines et zones marécageuses, la diversité des aménagements agraires et hydrauliques ou encore l’usage de systèmes défensifs élaborés. Avec la densité de l’occupation, ce sont les aménagements du paysage qui surprennent le plus puisque, pour ne prendre que l’exemple de Naachtun, pas moins de 18 000 terrasses agricoles, 5 400 canaux de drainage et d’irrigation en lien avec des micro-parcelles agricoles ainsi que 70 grands réservoirs ont été recensés. Ces résultats révèlent une exploitation intensive et à large échelle des ressources du milieu ainsi qu’une gestion des risques par les populations mayas de la période dite classique (150 à 950 après J.-C.).


Image de l’épicentre monumental de Naachtun © Projet Naachtun/A. Dorison

Sources:

CNRS – INSHS

Canuto M. A., Estrada-Belli F., Garrison T. G., Houston S. D., Acuña M. J., Ková? M., Marken D., Nondédéo P., Auld-Thomas L., Castanet C., Chatelain D., Chiriboga C. R., Drápela T., Lieskovský T., Tokovinine A., Velasquez A., . Fernández-Díaz J. C. and Shrestha R. 2018, Ancient Lowland Maya Complexity as Revealed by Airborne Laser Scanning of Northern Guatemala, in Science.

Décès de Jean Sommé

Nous venons d’apprendre le décès de Jean Sommé survenu le 20 septembre 2018. Jean Sommé, professeur émérite de Géographie physique à l’université de Lille et ancien président de l’AFEQ a été une personnalité active, respectée et appréciée de la communauté depuis le débuts des années 1960. Il avait un talent certain pour s’exprimer avec clarté et précision, tant dans ses écrits que dans ses figures et cartes. Il maniait les concepts avec rigueur et n’hésitait pas à bousculer idées reçues et préceptes mal fondés. L’AFEQ-CNF INQUA, en collaboration avec la SGN et l’INRAP, lui avait rendu hommage l’automne dernier à travers une journée d’étude sur le thème des « plaines du nord de la France » et avait fêté avec lui les 40 ans de la publication de sa thèse d’Etat.

Nous perdons un esprit vif et passionné, un collègue, un ami…
Nos pensées vont aux membres de sa familles.

Une cérémonie religieuse aura lieu à l’église Saint-Vincent de Marcq-en-Baroeul (Nord), le mercredi 26 septembre à 11h.

Il y a 8000 ans dans le Caucase : les plus anciennes structures de gestion de l’eau face aux crues

Des analyses géomorphologiques ont mis en évidence les plus anciennes preuves d’infrastructures de gestion de l’eau, datées de 8000 ans, lors de la fouille du site Néolithique Géorgien de Gadachrili Gora (Caucase). Le détournement du cours d’eau par des canaux a engendré l’inondation du village Néolithique et l’abandon des infrastructures hydrauliques. Des analyses isotopiques sur des graines du site archéologique ont été entreprises pour détecter l’occurrence d’une utilisation de ces canaux pour l’irrigation.

Le site, les canaux et la stratigraphie des infrastructures de gestion de l’eau néolithiques de Gadachrili Gora (DAO et photos : Vincent Ollivier).

La gestion des rivières pour l’alimentation en eau est généralement connue pour avoir débuté il y a 5500 ans av JC au Proche Orient lors du développement des premières sociétés néolithiques. Dans le Caucase sud, nos travaux ont fourni des preuves de gestion de l’eau étonnamment précoces. La constitution d’une équipe pluridisciplinaire associant des spécialistes des restes végétaux (UMR 7209 du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris), des datations par le radiocarbone et des isotopes stables (LSCE UMR 8212, Université Versailles St Quentin) a permis une reconstitution détaillée de l’évolution des paysages et des sociétés de cette région du Caucase sous toutes ses facettes.

Sources :

CNRS – INEE

Ollivier V., Fontugne M., Hamon C., Decaix A., Hatté C., Jalabadze M., 2018, Neolithic water management and flooding in the Lesser Caucasus (Georgia), Quaternary Science Reviews, vol. 197, pp. 267-287.

Découverte du plus ancien dessin au crayon

Le plus ancien exemple de dessin abstrait, exécuté à l’ocre, a été découvert sur un fragment de roche siliceuse dans des couches archéologiques datées de 73 000 ans avant le présent, dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud. Ce fragment porte sur une de ses faces un croisillon formé par neuf traits, qui ont été volontairement tracés avec un crayon d’ocre pourvu d’une fine pointe. Ce tracé précède d’au moins 30 000 ans les plus anciens dessins abstraits et figuratifs connus jusqu’à présent et réalisés avec la même technique. Cette découverte est publiée le 12 septembre 2018 dans la revue Nature par une équipe internationale impliquant des chercheurs des laboratoires Pacea(1) et  Traces(2).

© D’Errico/Henshilwood/Nature

Qu’est-ce qu’un symbole ? Voici une question difficile quand il s’agit d’analyser les premiers « graphismes ». De récentes découvertes archéologiques en Afrique, en Europe et en Asie montreraient cependant une émergence beaucoup plus précoce de la production et de l’utilisation de symboles.

Dans ce nouvel article, les chercheurs décrivent le plus ancien exemple connu de dessin abstrait réalisé avec un crayon d’ocre. Ce dessin a été identifié sur la surface d’un petit morceau de roche siliceuse, appelée silcrète, lors de l’analyse d’outils en pierre recueillis lors de la fouille de la grotte de Blombos (Afrique du Sud).

Sources :

CNRS – Communiqués de presse

An abstract drawing from the 73,000-year-old levels at Blombos Cave, South Africa. Christopher S. Henshilwood, Francesco D’Errico, Karen L. van Niekerk, Laure Dayet, Alain Queffelec & Luca Pollarolo. 12 septembre 2018, Nature. DOI : 10.1038/s41586-018-0514-3

(1) laboratoire Pacea (CNRS/Université de Bordeaux/Ministère de la Culture)

(2) laboratoire Traces (CNRS/Université Toulouse – Jean Jaurès/Ministère de la Culture)