Tous les articles par patriciamar

Patrice Wuscher soutiendra sa thèse le vendredi 17 décembre 2021


Patrice Wuscher, trésorier de l’AFEQ, soutiendra sa thèse le vendredi 17 décembre 2021 à 15h, salle 6, Faculté de Géographie, 3, rue de l’Argonne, 67000 Strasbourg

Loess, alluvions et dépôts de pente du Fossé rhénan en Alsace de l’Eemien à l’Anthropocène : Approche pédosédimentaire, géomorphologie et chronostratigraphie

Devant un jury composé de :
Dominique SCHWARTZ (directeur), Professeur, Université de Strasbourg
Olivier MOINE (co-encadrant), Chargé de Recherche, Centre National de la Recherche Scientifique
Eileen ECKMEIER (rapportrice), Professeure, Université de Kiel
Yanni GUNNEL (rapporteur), Professeur, Université Lumière Lyon 2
Pierre ANTOINE (examinateur), Directeur de Recherche, Centre National de la Recherche Scientifique
Laurent LESPEZ (examinateur), Professeur, Université de Paris-Est Créteil
Hélène TISSOUX (examinatrice), Ingénieure-Chercheure, Bureau de Recherches Géologiques et Minières


La présentation pourra également être suivie en visioconférence (https://bbb.unistra.fr/b/wus-gha-xim-qpt)


Le pot qui aurait dû suivre a dû être annulé pour des raisons sanitaires, mais le Marché de Noël est à deux pas…

Télécharger l’invitation et le résumé

Excursion 2021

L’excursion 2021 de l’AFEQ a eu lieu du 9 au 11 septembre dans les Pyrénées orientales et leur avant-pays et s’intitulait :

L’impact des changements environnementaux pléistocènes sur l’évolution des paysages. 10 ans de recherches en Quaternaire et
Géomorphologie dans l’Est des Pyrénées.

Photo extraite de Sorriaux, P. et al., KARSTOLOGIA, 2016 ⟨hal-01935529

Programme :

Jour 1 – L’évolution plio-quaternaire du bassin du Roussillon et de ses bordures

Jour 2 – Les paléoenglacements pléistocènes des hauts massifs (Cerdagne et Hte Ariège)

Jour 3 – Géoarchéologie, dynamiques karstiques et séquences fluviales en Ariège

Pour plus d’information, consulter le livret de l’excursion

Diaporama

Assemblée générale 2021

La prochaine Assemblée Générale de l’AFEQ-CNF INQUA se tiendra le mardi 14 décembre 2021 à 14h30 à la Société Géologique de France, au 77 rue Claude Bernard (Paris 5e arrondissement).


La participation est libre et ouverte à tous. Seuls les adhérents à jour de leur cotisation 2021 auront le droit de vote.

L’ordre du jour est le suivant :
➢ Présentation des actions 2020/2021 (depuis la dernière AG en février 2020)
➢ Insertion dans la communauté internationale
➢ Bilan de la revue Quaternaire
➢ Bilan financier
➢ Vote des bilans moraux et financiers
➢ Les événements à venir (colloque Q13 à Strasbourg, excursion dans les Hauts-de-France, journée SGF 2022…)
➢ Appel à candidature pour le renouvellement du CA (élection en 2022)


Nous espérons vous y voir nombreux.

13eME colloque de l’AFEQ-CNF INQUA: Strasbourg 2022

Le prochain colloque de l’AFEQ-CNF INQUA se tiendra du 14 au 18 mars 2022 à Strasbourg et s’intitulera « Q13 – Paleoclimate changes, landscape evolution and human societies: from sedimentary basins to industrial landscapes ». Organisé par le Laboratoire Image Ville Environnement (LIVE, UMR7362), il aura une forte dimension internationale reflétant la position de Strasbourg au coeur de l’Europe.

Il s’articulera autour de 12 sessions et deux workshops présentés dans la première circulaire disponible ici. Vous y trouverez aussi les différentes dates limites.

Retrouvez les dernières informations sur le site web du colloque Q13

 

La lettre AFEQ est parue

La lettre AFEQ 2019 2020 synthétise deux ans d’activité de l’AFEQ – CNF INQUA et illustre les nombreuses initiatives à venir et les perspectives pour 2021 et 2022.

Merci à vous tous pour avoir contribué à dynamiser la vie de l’association !

Notez qu’en raison de l’évolution de la situation sanitaire, l’excursion dans les Pyrénées orientales a été décalée au 9-11 septembre prochain. Les inscriptions ont été clôturées il y a quelques semaines et l’excursion est complète. Toutefois, vous serez informés si, avec le changement des dates, quelques places se libèrent.

Derniers jours d’inscription à l’excursion dans les Pyrénées

La prochaine excursion de l’AFEQ aura lieu du 20 au 22 mai 2021 et s’intitule :

L’impact des changements environnementaux pléistocènes sur l’évolution des paysages. 10 ans de recherches en Quaternaire et
Géomorphologie dans l’Est des Pyrénées.

Le programme détaillé est disponible dans la circulaire

Inscriptions et paiement de l’acompte avant le 10 février 2021 Fiche d’inscription

la carte au millionième du quaternaire de la France, version 2020 est disponible

La carte au millionième du Quaternaire de la France métropolitaine proposée ici présente les polygones géologiques des formations d’âge quaternaire de la France métropolitaine ainsi que certains sites remarquables (préhistoriques, d’intérêt climatique, paléontologiques, palynologiques) ayant fait l’objet d’une étude exhaustive au cours des 20 dernières années.

Les polygones sont labellisés RGF (Référentiel géologique de la France)  et la charte chronostratigraphique RGF (compatible norme INSPIRE) a été utilisée pour les attributions chronologiques. Elle a été mise à jour en fonction des modifications récentes de la charte stratigraphique internationale.

Cette carte sera, à terme, intégrée à la prochaine carte du Quaternaire européen à 1/ 2 500 000 (IQuaME)

Source : BRGM

 

Vente de T-shirts AFEQ

Pas d’idées cadeaux pour Noel ? L’AFEQ est là pour vous ! Vous pouvez commander nos célèbres et très beaux t-shirts et les recevoir chez vous !

Tarifs : T-shirts homme et femme 15€ (35€ les trois) ; t-shirts enfant 10€ (25€ les trois).

Tous les détails et les couleurs dans l’affiche ci-joint. Pour avoir plus d’informations et passer commande vous pouvez contacter Julie Dabkowski : julie.dabkowski@lgp.cnrs.fr

FORMATION EN GÉOCHRONOLOGIE QUATERNAIRE – BELQUA

 

Formation de 4 jours en géochronologie du 8 au 11 Octobre 2019

Les trois premiers jours (du mardi au jeudi) comprennent une formation aux techniques géochronologiques et à la modélisation de l’âge par la profondeur, donnée par des experts du domaine. La partie théorique sera suivie d’une excursion sur le terrain Vendredi, où les techniques d’échantillonnage pour la datation C-14, OSL, ESR et CRN seront présentées et discutées.

Les étudiants de master et doctorat en géosciences et archéologie, ainsi que les chercheurs et les professionnels expérimentés en début de carrière et avancés sont les bienvenus dans cette formation en géochronologie. Le cours complet qualifie pour 30 heures de cours ou 4 ECTS. Il est possible de participer en partie (15h ou 2 ECTS) au programme de formation. Un certificat pour l’école doctorale peut être délivré sur demande.


Plus d’information ici

 

Le nouveau numéro de la revue Quaternaire (Vol. 30 No2) A paru

Consacré aux publications du colloque Q11 qui s’est tenu à Orléans en 2018, il nous fait tout d’abord voyager dans la vallée du Bao Bolon au Sénégal pour une étude paléoenvironnementale de la deuxième moitié de l’Holocène (Stern et al., 2019). De retour en France, dans la vallée de la Somme, des données paléontologiques et géochronologiques permettent une réinterprétation du site archéologique de Menchecourt (Bahain et al., 2019). Quels grands animaux vivaient au voisinage des occupations néandertaliennes de la grotte des Ramandils (Port-la-Nouvelle, Aude, France) ? Rush et al. (2019) étudient leurs assemblages pour reconstituer le cadre paléoenvironnemental et paléoclimatique au Pléistocène supérieur.

Couverture de Quaternaire, Volume 30 No2

Deux articles sont consacrés à la région orléanaise qui a accueilli le colloque Q11. Coussot et al. (2019) décrivent la chronostratigraphie du comblement d’un paléovallon par des limons en contexte de plateau beauceron à Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir, France), qui s’étend de la seconde partie du Pléistocène moyen jusqu’à l’Holocène. A partir d’une coupe de remplissage sédimentaire au site préhistorique de La Roche-Cotard IV (Indre-et-Loire, France), Marquet et al. (2019) concluent que les que les productions pariétales à caractère symbolique de la grotte sont très probablement l’oeuvre de l’Homme de Néandertal.

Enfin, Armynot du Châtelet et al. (2019) ont caractérisé des foraminifères pour reconstituer l’environnement de l’emporium mérovingien et carolingien de Quentovic, dans l’embouchure de la Canche (France).

Vous pourrez lire une introduction plus détaillée de ce numéro et de colloque Q11 dans l’avant propos (Tissoux et Jacob, 2019).

https://journals.openedition.org/quaternaire/

 

Décès D’émilie campmas

Emilie CAMPMAS (1983-2019)

Emilie nous a quittés le vendredi 8 mars 2019 après cinq années de lutte acharnée contre cette terrible maladie qu’est le cancer. Après avoir occupé, de 2014 à 2016, un poste d’ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès, elle venait d’intégrer, depuis quelques mois, le CNRS en tant que chargée de recherche au laboratoire TRACES. Travailleuse acharnée, boulimique de connaissances, Emilie était une jeune chercheuse hors du commun tant par son dynamisme, sa rigueur scientifique, son sens du collectif, son enthousiasme oh combien communicatif ! Lauréate de plusieurs prix dont une bourse de thèse L’Oréal France pour les femmes et la science en 2011 ou plus récemment le prix Jeune Chercheur en Archéologie Préhistorique et Anthropologique de la SAMRA ou celui de la fondation des Treilles, elle avait su en quelques années devenir une chercheuse incontournable jouissant d’une pleine reconnaissance dans le domaine d’expertise qui était le sien : l’adaptation au milieu côtier des chasseurs-collecteurs paléolithiques.

Archéozoologue spécialisée sur la grande faune puis la malacofaune, Emilie avait fait ses premières armes lors d’un stage de Master 1 mené à l’UTAH en 2006 sur la faune issue de déblais de la grotte abri du Moulin à Troubat. Son doctorat « Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : Exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra » qu’elle soutiendra en 2012 à l’Université Bordeaux 1 fut le point de départ de sa problématique sur les économies côtières. Ayant mis en évidence, grâce à une étude taphonomique exemplaire des ensembles fauniques, le rôle déterminant du littoral dans les modalités d’occupation des territoires par les groupes humains atériens puis ibéromaurusiens, ses résultats l’avaient ensuite amenée à s’intéresser à l’épineuse question de la modernité culturelle pour ces populations « archaïques ». La diversification précoce des ressources alimentaires, en particulier la consommation de coquillages marins, couplée à la présence de coquilles de Nassarius sp. considérées comme des marqueurs symboliques lui avaient alors permis de faire un parallèle convaincant avec ce qui est observé chez les hommes anatomiquement modernes d’Afrique du Sud, ouvrant de nouvelles perspectives quant aux trajectoires évolutives de ces populations et au rôle joué par les milieux côtiers dans l’émergence des comportements dits modernes. Sur ces questions, elle coorganisa ainsi deux sessions : l’une en 2016, au Congrès de la SAfA “The role of North Africa in the emergence and development of modern behaviours: Integrated Approach”, l’autre en 2018 au Congrès PANAF “Diversity of hominin subsistence strategies across Africa from the Middle Pleistocene to the Holocene “.

Parallèlement, à ces grands questionnements anthropologiques, l’analyse fine du matériel osseux était au cœur de la démarche d’Emilie. Particulièrement active dans le domaine de la taphonomie avec notamment sa forte implication dans l’European Network for Quaternary Taphonomy, Emilie était aussi une femme de terrain. Depuis 2006, elle était membre de la mission franco-marocaine “El Harhoura-Témara” et en 2016 elle avait dirigé une mission ethnographique sur la frange côtière de la façade atlantique autour de Rabat-Témara afin de croiser données archéologiques et ethnologiques sur l’exploitation des mollusques marins. Afin de pouvoir pleinement discuter de la complémentarité des ressources animales terrestres et marines, elle avait en effet depuis quelques années élargi ses champs de compétence à la malacologie, l’amenant à se former auprès de Catherine Dupont et à commencer à développer des approches expérimentales sur l’utilisation des coquilles de mollusque comme couteau de boucherie. Cherchant à cerner la diversité des adaptations côtières, elle commençait tout juste à élargir ses recherches à toute la zone circumméditerranéenne tant chez les Néandertaliens du Pléistocène européen que chez les Hommes pleinement anatomiquement modernes de la fin du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène d’Afrique du Nord et d’Eurasie. Pendant toutes ces années, j’ai eu la chance de la côtoyer d’abord comme encadrante aux côtés de Patrick Michel puis comme collègue. Je salue ici son courage et son parcours scientifique si riche et stimulant intellectuellement. Emilie, tu vas nous manquer…

Sandrine Costamagno, le 31/03/2019

Bibliographie choisie

Campmas, E., Stoetzel, E., Denys, C. 2018. African carnivores as taphonomic agents: Contribution of modern coprogenic sample analysis to their identification. International Journal of Osteoarchaeology, p. 1–27.

Campmas, E., Chakroun, A., Chahid, D., Lenoble, A., Boudad, L., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2018. Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). In : Costamagno, S., Dupont C., Dutour, O., Gourichon L., Vialon D. (dir.), Animal symbolisé – Animal exploité. Du Paléolithique à la Protohistoire. Actes du 141ème Congrès du CTHS(Rouen, avril 11-13, 2016). Paris, Édition électronique du CTHS, p. 112-134.

Campmas E., Stoetzel E., Oujaa A., Scerri E. (dir.) 2018. Special Issue: The Role of North Africa in the Emergence and Development of Modern Behaviors: An Integrated Approach. African Archaeological Review, 34.

Campmas, E. 2017. Integrating human-animal relationships into new data on Aterian complexity: a paradigm shift for the North African Middle Stone Age. African Archaeological Review, 34, p. 469–491.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Nespoulet, R., El Hajraoui, M.A. 2017. Which predators are responsible for faunal accumulations at the Late Pleistocene layers of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco)? Comptes Rendus Palevol, 16, p. 333-350.

Campmas, E., Amani, F., Morala, A., Debénath, A., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2016. Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of Unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco). Quaternary International, 413, p. 5-20.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Amani, F., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M. 2015. Were Upper Pleistocene human/non-human predator occupations at the Témara caves (El Harhoura 2 and El Mnasra, Morocco) influenced by climate change? Journal of Human Evolution, 78, p. 122-143.

Campmas, E. 2012. Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des études taphonomique et archéozoologique menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra. Thèse de Doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 592 p.

Campmas, E., Daujeard, C., Lenoir, M., Ajas, A., Baillet, M., Bourgeon, L., Delvignes, V., Robert, B., Teyssandier, J., Armand, D., Rigaud, S. 2011. Nouvelles données sur le Magdalénien de l’Entre-deux-Mers : la faune de l’Abri Vidon (Juillac, Gironde). Préhistoire du Sud-Ouest, 19, p. 3-18.

Campmas, E., Laroulandie, V., Michel, P., Amani, F., Nespoulet, R., El Hajraoui, M. A. 2010. A Great Auk (Pinguinus impennis) in North Africa: Discovery of a bone remain in Neolithic layer of El Harhoura 2 Cave (Temara, Morocco). In : Prummel, W., Zeiler, J.T. et Brinkhuizen D.C. (dir.), Birds in Archaeology. Proceeding of the 6th meeting of the ICAZ bird working group in Groningen (Groningen 23-27 Août, 2008). Groningen Archaeological Studies, 12, p. 233-240.

Michel, P., Campmas, E., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M., Amani, F. 2010. La grande faune du Paléolithique supérieur (niveau 2) et du Paléolithique moyen (niveau 3) de la grotte d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc) : étude paléontologique, reconstitutions paléoécologiques et paléoclimatiques. Historical Biology, 22, p. 327-340.

Campmas, E., Beauval, C. 2008. Consommation osseuse des carnivores : résultats de l’étude de l’exploitation de carcasses de bœufs (Bos taurus) par des loups captifs. Annales de Paléontologie, 98, p. 167-186.h

Emilie Campmas

Quel avenir pour les plateformes de glace en péninsule Antarctique ?

Un groupe de recherche international, comprenant des scientifiques de trois laboratoires français(1) a révélé l’impact systématique et négatif du réchauffement océanique sur l’étendue des plateformes de glace en péninsule Antarctique de l’Est au cours des dernières décennies et des 9000 dernières années.

La péninsule Antarctique est l’une des régions les plus affectées par le réchauffement climatique actuel. Elle a perdu au cours des 50 dernières années près de 75% de la surface de ses plateformes flottantes de glace qui constituent de véritables barrières à l’érosion par l’océan de la calotte continentale et, par conséquent, limitent l’élévation du niveau de la mer. Les principaux effondrements de ces plateformes au cours des dernières décennies coïncident systématiquement avec des augmentations conjointes et rapides de la température océanique (+0,3°C) et atmosphérique (+3°C).

Localisation des sites d’étude (JPC-38, carotte marine; JRI, carotte de glace) et des principales plateformes glaciaires (Larsen A, B et C). La zone grisée correspond à l’aire où ont été effectuées les réanalyses des températures océaniques et les simulations pour le futur (figure modifiée d’après Etourneau et al.).

Les scientifiques ont procédé à l’analyse géochimique d’archives sédimentaires marines qu’ils ont comparées aux données issues d’une carotte de glace située seulement à 50km de leur site d’étude. Grâce à ces reconstructions de températures couvrant les 9000 dernières années, ils ont montré que la principale période au cours de laquelle l’ensemble des plateformes se sont fortement réduites en péninsule Antarctique de l’Est, entre 8200 et 6000 ans avant notre ère, s’est produite pendant un réchauffement océanique majeur (+1,5°C), tandis que l’atmosphère se refroidissait. Ils ont mis aussi en exergue que le réchauffement progressif de l’océan (+0,3°C) au cours des derniers milliers d’années a contrôlé de manière récurrente le retrait graduel des plateformes de glace de cette région.

À partir de ce constat, cette équipe de recherche s’est attachée à évaluer les évolutions possibles des températures océaniques et atmosphériques au cours du prochain siècle en se basant sur deux scénarii établis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Seul le scénario pessimiste d’augmentation des températures atmosphérique (+3°C) et océanique (+0,3°C) serait suffisant pour fragiliser encore plus ces plateformes de glace, jusqu’à pouvoir entraîner leur effondrement total au cours des prochaines décennies. Leur avenir appartient donc désormais au respect ou non des Accords de Paris, et à ses objectifs de limiter le réchauffement climatique global à +2°C.

Sources :

CNRS – INSU

Johan Etourneau, Giovanni Sgubin, Xavier Crosta, Didier Swingedouw, Verónica Willmott, Loïc Barbara, Marie-Noëlle Houssais, Stefan Schouten, Jaap S. Sinninghe Damsté, Hugues Goosse, Carlota Escutia, Julien Crespin, Guillaume Massé & Jung-Hyun Kim (2019) Ocean temperature impact on ice shelf extent in the eastern Antarctic PeninsulaNature Communications, doi:10.1038/s41467-018-08195-6

Note (1) :

Les laboratoires français impliqués sont le Laboratoire environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux (EPOC/OASU, Université de Bordeaux/CNRS/EPHE), le Laboratoire d’océanographie et du climat: expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, CNRS/UPMC/IRD/MNHN), et l’Unité mixte internationale TAKUVIK (UL/CNRS).

extrême vulnérabilité des forêts montagnardes africaines face au changement climatique révélée par les sédiments d’un lac du Cameroun

Le contenu en grains de pollen des sédiments lacustres a permis de retracer l’histoire des biomes montagnards du Cameroun au cours des derniers 90 000 ans.  Cette étude, menée par les laboratoires français LOCEAN et LSCE de l’IPSL avec l’Herbier National du Cameroun, a montré que les forêts des montagnes tropicales sont extrêmement vulnérables face que changement climatique.

Le lac Bambili (© A.-M. Lézine) est situé sur la ligne volcanique du Cameroun, un des points chauds de la diversité mondiale.

Car ils présentent des formes et des ornementations spécifiques à la plupart des espèces de plante et sont remarquablement conservés dans les sédiments, les grains de pollen sont des outils puissants pour la reconstruction des végétations du passé et la compréhension de la biodiversité.

Le lac Bambili, situé sur la ligne volcanique du Cameroun à 2273m d’altitude, a fourni une séquence palynologique unique en Afrique tropicale, la première qui couvre avec précision une aussi longue période, soit la plus grande partie du dernier cycle climatique. Cette séquence permet de suivre avec précision la réponse des biomes montagnards à des situations climatiques extrêmes, glaciaires et interglaciaires.

L’étude montre que le biome de forêt de montagne du Cameroun a été extrêmement sensible aux changements climatiques contrairement aux forêts de basse altitude qui semblent avoir été d’une beaucoup plus grande stabilité. Sa superficie a considérablement varié au cours du temps, en particulier du fait des mouvements importants de sa limite supérieure. Cette instabilité écologique n’a pas été un frein à la biodiversité exceptionnelle des hautes montagnes du Cameroun mais l’a au contraire favorisée.

Sources :

CNRS-INSU

Anne-Marie Lézine, Kenji Izumi, Masa Kageyama, Gaston Achoundong (2019) A 90,000-year record of Afromontane forest responses to climate change, Science, doi: 10.1126/science.aav6821

La date limite de soumission des abstracts inqua approche !

N’oubliez pas la date limite de soumission des abstracts pour le vingtième congrès de l’INQUA : le 9 janvier 2019 23h59 GMT.

Mise à jour : en raison d’une forte demande, la date limite de soumission des abstracts est repoussée au dimanche 13 janvier (23h59 GMT)

Cliquer ici pour les instructions de soumission.

Notez aussi la “Super Early Fee Registration Deadline” : 16 janvier 2019