Décès D’émilie campmas

Emilie CAMPMAS (1983-2019)

Emilie nous a quittés le vendredi 8 mars 2019 après cinq années de lutte acharnée contre cette terrible maladie qu’est le cancer. Après avoir occupé, de 2014 à 2016, un poste d’ATER à l’Université Toulouse Jean Jaurès, elle venait d’intégrer, depuis quelques mois, le CNRS en tant que chargée de recherche au laboratoire TRACES. Travailleuse acharnée, boulimique de connaissances, Emilie était une jeune chercheuse hors du commun tant par son dynamisme, sa rigueur scientifique, son sens du collectif, son enthousiasme oh combien communicatif ! Lauréate de plusieurs prix dont une bourse de thèse L’Oréal France pour les femmes et la science en 2011 ou plus récemment le prix Jeune Chercheur en Archéologie Préhistorique et Anthropologique de la SAMRA ou celui de la fondation des Treilles, elle avait su en quelques années devenir une chercheuse incontournable jouissant d’une pleine reconnaissance dans le domaine d’expertise qui était le sien : l’adaptation au milieu côtier des chasseurs-collecteurs paléolithiques.

Archéozoologue spécialisée sur la grande faune puis la malacofaune, Emilie avait fait ses premières armes lors d’un stage de Master 1 mené à l’UTAH en 2006 sur la faune issue de déblais de la grotte abri du Moulin à Troubat. Son doctorat « Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : Exemples des approches taphonomiques et archéozoologiques menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra » qu’elle soutiendra en 2012 à l’Université Bordeaux 1 fut le point de départ de sa problématique sur les économies côtières. Ayant mis en évidence, grâce à une étude taphonomique exemplaire des ensembles fauniques, le rôle déterminant du littoral dans les modalités d’occupation des territoires par les groupes humains atériens puis ibéromaurusiens, ses résultats l’avaient ensuite amenée à s’intéresser à l’épineuse question de la modernité culturelle pour ces populations « archaïques ». La diversification précoce des ressources alimentaires, en particulier la consommation de coquillages marins, couplée à la présence de coquilles de Nassarius sp. considérées comme des marqueurs symboliques lui avaient alors permis de faire un parallèle convaincant avec ce qui est observé chez les hommes anatomiquement modernes d’Afrique du Sud, ouvrant de nouvelles perspectives quant aux trajectoires évolutives de ces populations et au rôle joué par les milieux côtiers dans l’émergence des comportements dits modernes. Sur ces questions, elle coorganisa ainsi deux sessions : l’une en 2016, au Congrès de la SAfA “The role of North Africa in the emergence and development of modern behaviours: Integrated Approach”, l’autre en 2018 au Congrès PANAF “Diversity of hominin subsistence strategies across Africa from the Middle Pleistocene to the Holocene “.

Parallèlement, à ces grands questionnements anthropologiques, l’analyse fine du matériel osseux était au cœur de la démarche d’Emilie. Particulièrement active dans le domaine de la taphonomie avec notamment sa forte implication dans l’European Network for Quaternary Taphonomy, Emilie était aussi une femme de terrain. Depuis 2006, elle était membre de la mission franco-marocaine “El Harhoura-Témara” et en 2016 elle avait dirigé une mission ethnographique sur la frange côtière de la façade atlantique autour de Rabat-Témara afin de croiser données archéologiques et ethnologiques sur l’exploitation des mollusques marins. Afin de pouvoir pleinement discuter de la complémentarité des ressources animales terrestres et marines, elle avait en effet depuis quelques années élargi ses champs de compétence à la malacologie, l’amenant à se former auprès de Catherine Dupont et à commencer à développer des approches expérimentales sur l’utilisation des coquilles de mollusque comme couteau de boucherie. Cherchant à cerner la diversité des adaptations côtières, elle commençait tout juste à élargir ses recherches à toute la zone circumméditerranéenne tant chez les Néandertaliens du Pléistocène européen que chez les Hommes pleinement anatomiquement modernes de la fin du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène d’Afrique du Nord et d’Eurasie. Pendant toutes ces années, j’ai eu la chance de la côtoyer d’abord comme encadrante aux côtés de Patrick Michel puis comme collègue. Je salue ici son courage et son parcours scientifique si riche et stimulant intellectuellement. Emilie, tu vas nous manquer…

Sandrine Costamagno, le 31/03/2019

Bibliographie choisie

Campmas, E., Stoetzel, E., Denys, C. 2018. African carnivores as taphonomic agents: Contribution of modern coprogenic sample analysis to their identification. International Journal of Osteoarchaeology, p. 1–27.

Campmas, E., Chakroun, A., Chahid, D., Lenoble, A., Boudad, L., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2018. Subsistance en zone côtière durant le Middle Stone Age en Afrique du Nord : étude préliminaire de l’unité stratigraphique 8 de la grotte d’El Mnasra (Témara, Maroc). In : Costamagno, S., Dupont C., Dutour, O., Gourichon L., Vialon D. (dir.), Animal symbolisé – Animal exploité. Du Paléolithique à la Protohistoire. Actes du 141ème Congrès du CTHS(Rouen, avril 11-13, 2016). Paris, Édition électronique du CTHS, p. 112-134.

Campmas E., Stoetzel E., Oujaa A., Scerri E. (dir.) 2018. Special Issue: The Role of North Africa in the Emergence and Development of Modern Behaviors: An Integrated Approach. African Archaeological Review, 34.

Campmas, E. 2017. Integrating human-animal relationships into new data on Aterian complexity: a paradigm shift for the North African Middle Stone Age. African Archaeological Review, 34, p. 469–491.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Nespoulet, R., El Hajraoui, M.A. 2017. Which predators are responsible for faunal accumulations at the Late Pleistocene layers of El Harhoura 2 Cave (Témara, Morocco)? Comptes Rendus Palevol, 16, p. 333-350.

Campmas, E., Amani, F., Morala, A., Debénath, A., El Hajraoui, M.A., Nespoulet, R. 2016. Initial insights into Aterian hunter-gatherer settlements on coastal landscapes: the example of Unit 8 of El Mnasra Cave (Témara, Morocco). Quaternary International, 413, p. 5-20.

Campmas, E., Michel, P., Costamagno, S., Amani, F., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M. 2015. Were Upper Pleistocene human/non-human predator occupations at the Témara caves (El Harhoura 2 and El Mnasra, Morocco) influenced by climate change? Journal of Human Evolution, 78, p. 122-143.

Campmas, E. 2012. Caractérisation de l’occupation des sites de la région de Témara (Maroc) au Pléistocène supérieur et nouvelles données sur la subsistance des hommes du Paléolithique moyen d’Afrique du Nord : exemples des études taphonomique et archéozoologique menées sur les faunes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra. Thèse de Doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 592 p.

Campmas, E., Daujeard, C., Lenoir, M., Ajas, A., Baillet, M., Bourgeon, L., Delvignes, V., Robert, B., Teyssandier, J., Armand, D., Rigaud, S. 2011. Nouvelles données sur le Magdalénien de l’Entre-deux-Mers : la faune de l’Abri Vidon (Juillac, Gironde). Préhistoire du Sud-Ouest, 19, p. 3-18.

Campmas, E., Laroulandie, V., Michel, P., Amani, F., Nespoulet, R., El Hajraoui, M. A. 2010. A Great Auk (Pinguinus impennis) in North Africa: Discovery of a bone remain in Neolithic layer of El Harhoura 2 Cave (Temara, Morocco). In : Prummel, W., Zeiler, J.T. et Brinkhuizen D.C. (dir.), Birds in Archaeology. Proceeding of the 6th meeting of the ICAZ bird working group in Groningen (Groningen 23-27 Août, 2008). Groningen Archaeological Studies, 12, p. 233-240.

Michel, P., Campmas, E., Stoetzel, E., Nespoulet, R., El Hajraoui, A. M., Amani, F. 2010. La grande faune du Paléolithique supérieur (niveau 2) et du Paléolithique moyen (niveau 3) de la grotte d’El Harhoura 2 (Témara, Maroc) : étude paléontologique, reconstitutions paléoécologiques et paléoclimatiques. Historical Biology, 22, p. 327-340.

Campmas, E., Beauval, C. 2008. Consommation osseuse des carnivores : résultats de l’étude de l’exploitation de carcasses de bœufs (Bos taurus) par des loups captifs. Annales de Paléontologie, 98, p. 167-186.h

Emilie Campmas


3 réflexions sur « Décès D’émilie campmas »

  1. Lovely words. We won’t forget Emilie as a an amazing human being and as a consummate scientist. For those who did not know her, her incredible scientific legacy speaks for her.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.