Appel à contributions pour la revue Méditerranée : “Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine”

Appel à contributions pour un numéro spécial de la revue Méditerranée intitulé “Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine” (coordinateurs du numéro : Benoît Devillers, Pau Olmos Benlloch et Père Castanyer).

Les paysages littoraux : évolution et risque d’érosion du patrimoine

L’un des oubliés des politiques d’aménagement en relation avec le recul actuel des rivages est l’érosion du patrimoine naturel, archéologique et géomorphologique. À l’échelle européenne, plusieurs initiatives ont mis en évidence la vulnérabilité du patrimoine face aux effets du changement climatique et la pression anthropique. La conservation et la mise en valeur de ce patrimoine fragile sont des défis de cette génération. La protection du patrimoine archéologique du domaine littoral accuse un retard certain par rapport aux zones marines et surtout continentales. Les raisons sont multiples : difficulté de fouilles, vitesse élevée des phénomènes d’érosion, manque de définition des compétences administratives et très forte pression foncière.

Actuellement, plusieurs équipes de recherche européennes travaillent sur la problématique de l’érosion du littoral et la protection du patrimoine archéologique, notamment sur la façade atlantique européenne : projet ALeRT (UMR 6566 CReAAH Rennes) ; Litaq (Ausonius, Bordeaux) ; SCHARP (University of Saint Andrews, Écosse) ; CITiZAN (Museum of London Archaeology, Angleterre) ; Bregantia (INCIPIT, Galice, Espagne) ; MASC project (Institut of Technology Sligo, Irlande). Les principaux résultats ont été présentés lors de conférences internationales comme le colloque Homer (Vannes, Bretagne, 2011), le colloque Weather Beaten Archaeology (Sligo, Irlande, 2015) ou bien lors de sessions spécifiques dans le colloque de l’Association Européenne d’Archéologues (EAA) (Helsinki, 2012 et Glasgow, 2015) ou le Landscape Archaeology Conference (Uppsala, 2016).

Les différents travaux menés à terme dans la façade atlantique montrent la nécessité des projets d’inventaire et de suivi de l’érosion des sites. Les épisodes de tempêtes des dernières années (2010, 2014) ont accéléré les processus de destruction et de découverte de sites archéologiques. En Méditerranée la situation est différente, les événements climatiques sont moins violents, mais on observe une érosion lente et progressive, en relation notamment avec l’urbanisation des côtes. Cependant il existe des exceptions là où la montée du niveau de la mer, les épisodes de surcote et la pression anthropique sont en train d’accélérer le processus d’érosion du littoral et la destruction du patrimoine archéologique, comme c’est le cas de l’archipel de Kerkennah en Tunisie.

Sur la côte méditerranéenne orientale et centrale, d’autres initiatives ont vu le jour, notamment le projet « Noé cartodata : carte de risque du patrimoine » (2006-2010) qui visait le développement d’une réflexion sur la protection du patrimoine culturel face aux risques naturels. Plus récemment, le projet européen CLIMA (Cultural Landscape risk Identification Management Assessment) a repris cette problématique sur l’analyse des processus d’érosion du sol et des vestiges archéologiques. Si ces projets sont surtout orientés sur l’aspect du patrimoine monumental, ils ont une base similaire aux projets qui se concentrent sur le patrimoine archéologique de la côte méditerranéenne occidentale.

L’appel à article concerne principalement deux thèmes principaux.

1 – Les paléo-paysages littoraux : un patrimoine à révéler

Des études récentes changent la vision de l’histoire des littoraux de leurs points de vue archéologique et géomorphologique. Ce numéro est l’occasion de présenter de nouvelles recherches qui se distinguent par leur finesse de restitution de ces paysages ou par les apports innovants à la connaissance des littoraux, que ce soit des points géoarchéologiques ou archéologiques. Au final, les données produites constituent un patrimoine qui peut mener à une valorisation par une démarche de médiation. À partir des études géologiques et géomorphologiques en cours sur le littoral elles peuvent aussi intégrer des outils de gestion et de recherche des territoires littoraux.

2 – Inventaire et sauvegarde de la mémoire du littoral

Le deuxième objectif est le partage de l’état des lieux de l’érosion du patrimoine littoral ainsi que le partage des méthodes de travail concernant sa valorisation ou sa préservation. Nous proposons de publier le retour d’expériences en sciences participatives et des outils sociaux sur ce thème. L’objectif final est de mettre en valeur le potentiel de ce type d’initiative face aux faiblesses d’action des pouvoirs publics.

Merci de consulter avec attention les recommandations aux auteurs (http://mediterranee.revues.org/584).

Renseignements à fournir

Titre de la proposition ;

Auteur(s) (si plusieurs auteurs, souligner l’auteur correspondant) ;

Adresse du correspondant ;

Résumé et abstract (250 mots maximum) ;

Mot-clés et keywords (5 maximum) ;

Index géographique.

Contacts

Benoît Devillers, UPV-UMR 5140, Archéologie des sociétés méditerranéennes, Montpellier, bdevillers@gmail.com

Pau Olmos Benlloch, Institut Català d’Arqueologia Clàssica, Tarragona, Cataluña, España, polmos@icac.cat

Père Castanyer Masoliver, Museu d’Arqueologia de Catalunya-Empúries, L’Escala, Cataluña, España, pcastanyer@gencat.cat

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.