Effets d’un changement de température sur les écosystèmes : comprendre le passé pour prédire le futur

La plupart des modèles de simulations climatiques et de végétation indiquent que le changement climatique en cours aura un impact global et de grande ampleur sur les espèces et les écosystèmes terrestres durant les décennies à venir. Des observations sur le terrain donneraient probablement plus de confiance aux chercheurs dans les projections futures et permettraient donc de prendre des décisions plus appropriées. Une démarche originale a été mise en oeuvre sur la base des observations et l’expertise de plus de 40 chercheurs en paléoécologie à travers le globe.

Chaque chercheur a évalué les changements de structure et de composition des écosystèmes durant la transition entre la dernière période glaciaire centrée autour de 20000 ans avant nos jours et 14000 ans avant nos jours environ dans des séquences fossiles situés dans sa zone d’étude. Ces enregistrements fossiles représentent une archive unique et inestimable et fournissent des observations concrètes de la relation entre les changements climatiques globaux et la composition et la structure des écosystèmes. La période de temps choisie est très intéressante en terme d’augmentation des températures et de modification des écosystèmes à une échelle globale même si elle ne peut pas être considérée comme analogue aux changements climatiques attendus, notamment à cause des concentrations de taux de CO2 qui étaient plus faibles qu’actuellement.

Forêts de montagnes au Cameroun (A © A.-M. Lézine) et au Maroc (B © R.Cheddadi) ou l’impact du changement climatique en cours est visible sur des populations déjà situées en limite d’aire altitudinale.

Cette approche basée-expert a permis d’examiner plusieurs centaines d’enregistrements paléoécologiques publiés pour évaluer les changements de composition et de structure de la végétation terrestre mondiale. La synthèse des résultats publiée dans la revue Science et leur comparaison avec des simulations montre que dans le cas du scénario RCP2.6 (augmentation de température d’environ 1.5°C, conforme à celle de l’Accord de Paris de 2015) l’impact serait limité mais dans le cas du scénario RCP8.5, les écosystèmes terrestres seraient fortement menacés par l’augmentation des températures et la plupart des écosystèmes risqueraient des transformations profondes, irréversibles et telles que les services écosystémiques et la biodiversité en seraient irrémédiablement affectés.

Des chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier, de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale, du  Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement et du Laboratoire d’océanographie et du climat ont participé à cette étude.

Sources :

CNRS – INEE

Past and future global transformation of terrestrial ecosystems under climate change. Connor Nolan et al. Science. 31 Aug 2018. DOI: 10.1126/science.aan5360


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.