Des dents humaines vieilles de 450 000 ans révèlent des caractéristiques néandertaliennes

Des équipes de recherche françaises et italiennes ont analysé par des scans à rayons X les plus vieilles dents humaines découvertes sur la péninsule italienne. Ces spécimens vieux d’environ 450 000 ans et provenant des sites italiens de Fontana Ranuccio, à 50km de Rome, et de Visogliano, à moins de 20 km de Trieste, montrent déjà des caractéristiques néandertaliennes. L’étude menée par Clément Zanolli, paléoanthropologue à l’Université Toulouse III, vient d’être publiée dans la revue PLOS One.

Rendus virtuels des molaires Vis. 3 et FR1R des sites de Visogliano et Fontana Ranuccio montrant en semi-transparence la morphologie de la dentine sous l’émail et de la cavité pulpaire. © Clément Zanolli

L’histoire des Néandertaliens reste encore méconnue, surtout dans la période la plus ancienne de leur évolution, entre le moment où leur lignée s’est séparée de la nôtre aux alentours de la transition du Pléistocène inférieur et moyen (entre 1 million d’années et 650 000 ans environ), et l’émergence des Néandertaliens classiques il y a moins de 200 000 ans. Une des périodes clés pour comprendre l’origine des Néandertaliens se situe donc dans l’intervalle entre 500 000 et 350 000 ans.

Une collaboration internationale impliquant des chercheurs français et italiens a permis d’étudier la structure interne des restes dentaires issues de ces deux sites italiens en utilisant des méthodes d’imagerie à haute résolution, la microtomographie à rayons X. L’analyse des différents paramètres comme les proportions des tissus dentaires, l’épaisseur de l’émail, la morphologie de la dentine et de la cavité pulpaire ont permis de mettre en évidence chez ces spécimens italiens des traits caractéristiques trouvés fréquemment chez les Néandertaliens et qui diffèrent clairement de ceux propres aux humains modernes. Les résultats suggèrent un fractionnement démographique et des périodes d’isolement plus ou moins prolongées. Un des facteurs importants à prendre en compte est le climat. Il y a 450.000 ans, l’Europe du Nord était couverte par les glaces et le nord de l’Espagne et de l’Italie devaient être à la limite septentrionale des zones habitables.

Sources :

CNRS – Institut Ecologie et Environnement (INEE)

Zanolli C, Martinón-Torres M, Bernardini F, Boschian G, Coppa A, Dreossi D, Mancini L, Martínez de Pinillos M, Martín-Francés L, Bermúdez de Castro JM, Tozzi C, Tuniz C, Macchiarelli R. The Middle Pleistocene (MIS 12) human dental remains from Fontana Ranuccio (Latium) and Visogliano (Friuli-Venezia Giulia), Italy. A comparative high resolution endostructural assessment. PLoS One. 2018 Oct 3;13(10):e0189773. PubMed PMID: 30281595.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.