Valérie Masson-Delmotte auditionnée au sénat sur les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Gif-sur-Yvette, est co-présidente du groupe de travail  sur les bases physiques du climat du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). Suite à la publication d’un rapport spécial sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C, elle a été auditionnée au Sénat. Une vidéo de son témoignage et des questions réponses qui ont suivi est disponible sur le site web su sénat.

Dans une présentation de 13 minutes, elle résume en termes très accessibles et pédagogiques la construction et les conclusions de ce rapport. Il a été préparé suite à une demande de la COP 21 portée par les pays les plus vulnérables au réchauffement climatique. Ce rapport a une dimension inter-disciplinaire sans précédent dans la rédaction de chacun de ses chapitres. Il comprend notamment deux chapitres très novateurs sur les options d’action et les bénéfices à agir maintenant vis à vis d’objectifs de développement durable.

© Sean Wu / IISD6ENB

Les quatre messages clés du rapport sont les suivants :

  • Le changement climatique affecte déjà les hommes, les écosystèmes et les moyens de subsistance partout
  • Il y a des avantages indéniables à limiter le réchauffement global à 1,5°C par rapport à 2°C ou plus, et chaque demi-degré compte
  • Limiter ce réchauffement global à 1,5°C n’est pas impossible mais demanderait des transitions sans précédent dans tous les aspects de la société et la volonté politique est cruciale
  • Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C peut aller de pair avec la réalisation d’objectifs mondiaux du développement durable pour l’amélioration de la qualité de vie de tous

Valérie Masson-Delmotte conclue son intervention par ce message :

Chaque demi-degré compte, vis à vis des risques climatiques. Chaque année compte, vis à vis des conséquences pour maîtriser le changement climatique. Chaque décision compte. Ne pas agir aujourd’hui, c’est augmenter le fardeau pour les jeunes générations qui devront faire face aux conséquences du réchauffement et au déploiement d’actions plus difficiles et plus risquées. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C n’est pas impossible mais la volonté politique pour accélérer les transitions est essentielle.

Cette intervention est suivie d’une discussion approfondie, qui évoque notamment l’alarmisme, et la nécessité de courage. La production de connaissances sur les impacts locaux du réchauffement climatique. Les options d’action du local au global. Les liens climat – santé – développement durable – éradication de la grande pauvreté – démographie. Les trajectoires énergétiques. Les choix individuels et collectifs responsables. Le fonctionnement du GIEC et son rôle vis à vis de la communauté politique et les acteurs du changement. Les pays et régions vulnérables. Le rôle de l’éducation et la mobilisation de la jeunesse.

Sources :

Rapport spécial du GIEC sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Audition de Valérie Masson-Delmotte au Sénat

Espace presse du CEA – un monde à +1,5°C


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.