Quand les glaciers deviennent des pluviomètres : reconstruction des changements hydrologiques majeurs dans les Andes pendant la dernière déglaciation

Une équipe internationale(1) a pu reconstruire une carte des paléoprécipitations qui se sont produites dans les Andes tropicales il y a 15 500 ans, et ainsi comprendre les processus atmosphériques à l’œuvre dans les modifications abruptes du cycle de l’eau tropical en Amérique du Sud.

Au sud des Andes tropicales, sur l’Altiplano bolivien, le climat est aujourd’hui d’une aridité extrême, on y rencontre le plus grand désert salé du monde, le Salar de Uyuni. Pourtant, il y a seulement 15 500 ans (c.-à-d. 13 500 ans av. J.-C.) cette région hébergeait un lac immense, le lac Tauca, qui a couvert pendant plus de 1000 ans une superficie de 52 000 km2, une taille comparable à celle de l’immense lac Michigan, avec des profondeurs dépassant 120 m.

Paysages actuels du Salar de Uyuni (3660 m) (© P.-H. Blard). Il y a 15 500 ans, le Salar, le plus grand désert salé du monde, était immergé sous environ 100 m d’eau. Le Tunupa était alors une île isolée au centre du paléolac Tauca.

 

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs du CRPG et leurs collègues ont tiré profit de dépôts glaciaires de l’Altiplano pour mettre en œuvre une méthode inédite. Un lac et un glacier ont en effet des sensibilités contrastées aux précipitations et aux températures, cette différence étant due au fait qu’il faut plus d’énergie pour évaporer l’eau d’un lac que pour fondre la glace d’un glacier. En reconstruisant la position des paléoglaciers synchrones du lac Tauca, les chercheurs ont déterminé l’augmentation de précipitation et le refroidissement qui régnaient au moment du lac Tauca il y a 15 500 ans. Ils ont réalisé pour la première fois une cartographie régionale des paléoprécipitations à l’échelle de l’Altiplano.

 

Sources:

Institut National des Sciences de l’Univers, CNRS

Lake Tauca highstand (Heinrich Stadial 1a) driven by a southward shift of the Bolivian High, L.C.P. Martin, P.-H. Blard, J. Lavé, T. Condom, M. Premaillon, V. Jomelli, D. Brunstein, M. Lupker, J. Charreau, V. Mariotti, B. Tibari, ASTER Team, E. Davy, Science Advances, 2018;4: eaar2514.

 

(1) Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG, CNRS / Université de Lorraine), Institut des géosciences de l’environnement (IGE/OSUG, CNRS / IRD / UGA / Grenoble INP), Laboratoire de géographie physique : environnements quaternaires et actuels (LGP, CNRS / Université Panthéon-Sorbonne / Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne / INRAP), Centre européen de recherche et d’enseignement en géosciences de l’environnement (CEREGE/PYTHÉAS, CNRS / Aix-Marseille Université / IRD / Collège de France / INRA), Université d’Oslo et Université Libre de Bruxelles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.