Retour de mission en Antarctique : tracer les arrivées d’air marin à Dumont d’Urville par les isotopes de l’eau

Lors de la saison estivale 2016-2017,  nous avons déployé pour la première fois un instrument de spectroscopie laser sur la base côtière de Dumont d’Urville en Antarctique (figure 1). Cet instrument a permis de mesurer en continu la composition isotopique de la vapeur d’eau pendant 40 jours (Figure 2) et d’identifier clairement un fort cycle diurne (amplitude en d18O de 5‰) absent des autres enregistrements côtiers en région polaire. Les périodes de forte précipitation neigeuse sont aussi clairement enregistrées dans cette série de mesures.

Figure 1: Base Dumont d’Urville en Antarctique

En parallèle aux mesures de composition isotopique, des filtres d’aérosols ont été prélevés toutes les 4 heures et seront analysés prochainement à l’IGE (Grenoble). Le but est de combiner les valeurs de composition isotopique et de composition chimique avec une analyse des rétro-trajectoires atmosphériques afin de caractériser l’origine des masses d’air au-dessus de Dumont d’Urville, en particulier de documenter les arrivées d’air marin en lien avec les conditions météorologiques. Le lien avec l’étendue de glace de mer (pas de débâcle lors de l’été austral 2016-2017) sera aussi exploré.

Figure 2 : De haut en bas: variations de température (station météo de Dumont d’Urville), d’humidité, de d18O et de d-excess lors de la saison 2016-2017 à Dumont d’Urville.

 

Ce projet est réalisé dans le cadre du projet ERC COMBINISO et de l’ANR ASUMA, contact Camille Bréant LSCE


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.