Occupation Homme vs Climat au Pleistocène

Workshop organisé le 19 Novembre 2015  au Musée de l’Homme par Marie-Hélène Moncel, Denis-Didier Rousseau, Amaëlle Landais, Adriana Sima

L’occupation humaine, en terme de territoires occupés et densité,  a fortement varié au cours du Pléistocène en Europe selon les régions et au cours du temps, en particulier entre 1,2 Ma et 500 ka.  Ces variations sont souvent considérées par les préhistoriens comme étant dues aux conditions environnementales et climatiques que rencontrent les premiers occupants. Pourtant les conditions climatiques au moment des occupations humaines sont souvent reconstituées par des enregistrements archéologiques partiels car biaisés par les types de dépôts sédimentaires analysés et par la mise en perspective des résultats issus de différents indicateurs qui n’apportent pas tous  le même degré d’information et de résolution (par exemple, grande faune, microfaune, malacofaune …).

De leur côté, les archives paléoclimatiques sont de plus en plus précises même si la synchronisation détaillée des carottes continentales (sédimentaires ou spéleothemes), marines et de glace, reste à être réalisée (températures, végétation, précipitations) entre elles ainsi qu’avec les données chronologiques (paleomagnétisme, datations radiométriques).

Peu d’études à l’heure actuelle mettent en perspective données climatiques et archéologiques. Quand elles existent, ces investigations permettent d’élaborer des hypothèses sur le rythme des phases d’occupation humaines. L’analyse des carottes glaciaires et marines a permis par exemple d’identifier la Middle Pléistocène Transition (de 1 250 à 700 ka) ainsi qu’une seconde vers 450 ka. Si cette modification progressive de la périodicité des cycles climatiques de 41 ka à 100 ka est comparée à ce qui se passe en Europe en terme d’occupation, on s’aperçoit que  1) la MPT correspond à l’émergence de nouveaux comportements technologiques dès 700 ka (Acheuléen), et  2) la seconde transition vers 450 ka coïncide avec un accroissement de la densité humaine. Les variations climatiques semblent donc avoir impacté les occupations humaines même si leur ampleur reste encore difficile à mesurer.

L’objectif de ce workshop est d’établir un premier pont entre des disciplines qui restent souvent isolées les unes des autres, de manière d’une part à alimenter le débat et d’autre part à confronter l’état des connaissances en histoire climatique et en occupations humaines pour proposer un cadre chrono-climatique détaillé avec une vision claire des séquences climatiques (succession des cycles glaciaires et interglaciaires ou stadiaires-interstadiaires, et du gradient latitudinal durant les changements climatiques) sur lequel les données archéologiques et anthropologiques pourraient s’appuyer.

Programme

Présentation Marie-Hélène Moncel

Présentation Sébastien Nomade

Présentation Maria-Fernanda Sanchez-Goñi

Présentation Pierre Antoine

Présentation Amaëlle Landais

Présentation Didier Roche

Présentation Nicole Limondin-Lozouet

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.