Variations de la mousson indienne durant trois périodes climatiques contrastées: l’Holocène, le stadiaire Heinrich 2 et la dernière entrée en glaciation

Contrairement aux moussons est-asiatique et africaine, la mousson indienne reste relativement peu documentée au cours du dernier cycle climatique (les derniers 135 000 ans). L’analyse pollinique d’échantillons marins provenant de deux carottes sédimentaires (NGHP-01-16A et NGHP-01-19B) localisées au large des embouchures de Godavari et Mahanadi, deux fleuves situés dans la Core Monsoon Zone, révèle des changements dans la variabilité et l’intensité de la mousson indienne au cours de trois périodes climatiques très contrastées : l’Holocène (notre interglaciaire qui a débuté il y a 11,700 ans), le stadiaire de Heinrich 2, ~26 000-23 000 ans avant le présent (BP) et la dernière entrée en glaciation, transition entre les stades isotopiques marins 5 et 4 entre 80 000 et 70 000 ans BP. 

Durant la première partie de l’Holocène, entre 11 300 et 4 200 ans BP, caractérisée par une forte insolation (minimum de précession et maximum d’obliquité), les maximas d’expansion de la forêt côtière et de la mangrove reflètent d’importantes précipitations estivales, liées à une intensification de la mousson d’été. Ce régime climatique contraste avec la seconde phase de l’Holocène, de 4 200 à l’actuel, marquée par le développement de la végétation sèche sous des conditions de faible insolation (maximum de précession et minimum d’obliquité). La période historique se caractérise par une alternance centennale de forte et de faible mousson qui pourrait correspondre, respectivement, à l’Anomalie Climatique Médiévale et au Petit Age Glaciaire. Durant le stadiaire de Heinrich 2, caractérisé par une faible insolation et par la décharge massive d’icebergs dans l’Atlantique Nord, les prairies et la végétation sèche dominent l’assemblage pollinique, enregistrant alors, une période de forte aridité induite par une très faible mousson d’été. Si la dernière entrée en glaciation est aussi associée à une faible insolation, elle se distingue par un flux modéré d’iceberg dans l’Atlantique Nord. En Inde, cet intervalle se caractérise par une faible mousson d’été et par une réduction du contraste saisonnier, enregistrés respectivement par une expansion de la végétation sèche et par le développement d’Artemisia. Nos résultats attestent les prédictions réalisées par les modèles suggérant que les changements d’insolation contrôlent la variabilité long terme de la mousson indienne mais que les variations et l’intensité à l’échelle millénaire sont modulées par des processus de téléconnexions atmosphériques en lien avec des phénomènes climatiques dans l’Océan Atlantique Nord, l’Eurasie ou l’Océan Indien.

L'analyse pollinique d'échantillons marins provenant de deux carottes sédimentaires (NGHP-01-16A et NGHP-01-19B) localisées au large des embouchures de Godavari et Mahanadi, deux fleuves situés dans la Core Monsoon Zone, révèle des changements dans la variabilité et l'intensité de la mousson indienne au cours de trois périodes climatiques très contrastées : l'Holocène (notre interglaciaire qui a débuté il y a 11,700 ans), le stadiaire de Heinrich 2, ~26 000-23 000 ans avant le présent (BP) et la dernière entrée en glaciation, transition entre les stades isotopiques marins 5 et 4 entre 80 000 et 70 000 ans BP.
L’analyse pollinique d’échantillons marins provenant de deux carottes sédimentaires (NGHP-01-16A et NGHP-01-19B) localisées au large des embouchures de Godavari et Mahanadi, deux fleuves situés dans la Core Monsoon Zone, révèle des changements dans la variabilité et l’intensité de la mousson indienne au cours de trois périodes climatiques très contrastées : l’Holocène (notre interglaciaire qui a débuté il y a 11,700 ans), le stadiaire de Heinrich 2, ~26 000-23 000 ans avant le présent (BP) et la dernière entrée en glaciation, transition entre les stades isotopiques marins 5 et 4 entre 80 000 et 70 000 ans BP.

Coralie Zorzi (1), Maria Fernanda Sanchez Goñi (1), Krishnamurthy Anupama (2), Srinivasan Prasad (2), Vincent Hanquiez (3), Joel Johnson (4), Liviu Giosan (5)

1. Ecole Pratique des Hautes Etudes, UMR CNRS 5805 EPOC, Université de Bordeaux, 33615 Pessac (France)
2. Laboratory of Palynology & Paleoecology, French Institute of Pondicherry PB 33 UMIFRE 21 CNRS-MAEE / USR 3330, Pondicherry 605001 (India)
3. Université de Bordeaux, UMR CNRS 5805 EPOC, 33615 Pessac (France)
4, University of New Hampshire, Department of Earth Sciences, James Hall, Durham, NH 03824-3589
5. Geology & Geophysics, Woods Hole Oceanographic Institution, Woods Hole, MA 02543, USA

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.