Archives de catégorie : Actualités scientifiques

FORMATION EN GÉOCHRONOLOGIE QUATERNAIRE – BELQUA

 

Formation de 4 jours en géochronologie du 8 au 11 Octobre 2019

Les trois premiers jours (du mardi au jeudi) comprennent une formation aux techniques géochronologiques et à la modélisation de l’âge par la profondeur, donnée par des experts du domaine. La partie théorique sera suivie d’une excursion sur le terrain Vendredi, où les techniques d’échantillonnage pour la datation C-14, OSL, ESR et CRN seront présentées et discutées.

Les étudiants de master et doctorat en géosciences et archéologie, ainsi que les chercheurs et les professionnels expérimentés en début de carrière et avancés sont les bienvenus dans cette formation en géochronologie. Le cours complet qualifie pour 30 heures de cours ou 4 ECTS. Il est possible de participer en partie (15h ou 2 ECTS) au programme de formation. Un certificat pour l’école doctorale peut être délivré sur demande.


Plus d’information ici

 

Le nouveau numéro de la revue Quaternaire (Vol. 30 No2) A paru

Consacré aux publications du colloque Q11 qui s’est tenu à Orléans en 2018, il nous fait tout d’abord voyager dans la vallée du Bao Bolon au Sénégal pour une étude paléoenvironnementale de la deuxième moitié de l’Holocène (Stern et al., 2019). De retour en France, dans la vallée de la Somme, des données paléontologiques et géochronologiques permettent une réinterprétation du site archéologique de Menchecourt (Bahain et al., 2019). Quels grands animaux vivaient au voisinage des occupations néandertaliennes de la grotte des Ramandils (Port-la-Nouvelle, Aude, France) ? Rush et al. (2019) étudient leurs assemblages pour reconstituer le cadre paléoenvironnemental et paléoclimatique au Pléistocène supérieur.

Couverture de Quaternaire, Volume 30 No2

Deux articles sont consacrés à la région orléanaise qui a accueilli le colloque Q11. Coussot et al. (2019) décrivent la chronostratigraphie du comblement d’un paléovallon par des limons en contexte de plateau beauceron à Courville-sur-Eure (Eure-et-Loir, France), qui s’étend de la seconde partie du Pléistocène moyen jusqu’à l’Holocène. A partir d’une coupe de remplissage sédimentaire au site préhistorique de La Roche-Cotard IV (Indre-et-Loire, France), Marquet et al. (2019) concluent que les que les productions pariétales à caractère symbolique de la grotte sont très probablement l’oeuvre de l’Homme de Néandertal.

Enfin, Armynot du Châtelet et al. (2019) ont caractérisé des foraminifères pour reconstituer l’environnement de l’emporium mérovingien et carolingien de Quentovic, dans l’embouchure de la Canche (France).

Vous pourrez lire une introduction plus détaillée de ce numéro et de colloque Q11 dans l’avant propos (Tissoux et Jacob, 2019).

https://journals.openedition.org/quaternaire/

 

Publication de l’ouvrage : “Aux racinces de l’Anthropocène” par Michel Magny

Aux Racines De L’Anthropocène. Une Crise écologique Reflet D’une Crise De L’homme

Michel Magny

L’ Anthropocène n’est pas qu’une crise de la nature mais également une crise de l’homme, dans le prolongement d’une interaction continue entre environnement et sociétés depuis les premiers hommes.

L’ Anthropocène désigne cette nouvelle époque géologique caractérisée par un impact sans précédent d’une seule espèce, Homo sapiens, sur l’écosystème planétaire depuis les débuts de la Révolution industrielle. Le point de départ de cet ouvrage est de considérer que l’Anthropocène ne désigne pas seulement une crise de la nature comme dans l’interprétation qui en est habituellement donnée, mais aussi une crise de l’homme, les deux crises puisant aux mêmes racines dans une interaction continue entre nature et sociétés.

Sans se limiter à la période industrielle, l’Anthropocène est mis en perspective dans la très longue durée pour suivre les trajectoires croisées des sociétés et de la nature depuis l’émergence de l’homme, soit depuis environ 7 millions d’années. Ce temps long permet de mettre en lumière le changement des forces anthropiques : d’abord sociales, puis politiques et enfin économiques, qui animent ces trajectoires.

Destiné à un large public, cet ouvrage offre une synthèse de toutes les facettes de la crise écologique de l’Anthropocène telles qu’elles sont décrites par la communauté scientifique internationale : réchauffement climatique, explosion démographique, extinction de masse des espèces, artificialisation et pollution des écosystèmes, autant de signes prémonitoires d’un effondrement imminent.

Il explore également la crise de l’homme et des sociétés dont l’Anthropocène est le nom. À travers une relecture du récit de la Modernité et de son rôle dans la structuration du système-monde contemporain, il tente d’identifier les ressorts du piège qui peu à peu se referme sur la nature et sur les hommes, et qui nous pose de redoutables questions sur l’essence réelle des processus à l’œuvre. Pour se réconcilier avec la nature, l’homme doit aussi se réconcilier avec lui-même.

 

Michel Magny est directeur de Recherche émérite au CNRS, spécialiste des changements climatiques et environnementaux et de leurs interactions avec l’histoire des sociétés depuis le Dernier Maximum Glaciaire.

Soutenance de these de Fabien Salmon

Fabien Salmon soutiendra sa thèse le 28 mars 2019 (cf. pièce jointe) : 

Simulation aéro-thermo-mécanique des effets du feu sur les parois d’un milieu confiné. Application à l’étude des thermo-altérations de la grotte Chauvet-Pont d’Arc.

Sous la direction de Colette Sirieix et Delphine Lacanette
Et sous l’encadrement de Catherine Ferrier et Jean-Christophe Mindeguia

La soutenance publique aura lieu le jeudi 28 mars 2019 à 14h30, à l’amphithéâtre 3 du bâtiment A de l’ENSCBP.

Résumé La grotte Chauvet-Pont d’Arc (Ardèche, France) renferme des œuvres paléolithiques parmi les plus anciennes découvertes. L’art pariétal de cette cavité est de plus accompagné par des traces de chauffe sur les parois. Ces marques résultent de feux d’une intensité unique absents des autres grottes ornées. Les archéologues s’interrogent ainsi sur la ou les fonctions de tels feux situés pour certains dans une zone très étroite, la Galerie des Mégacéros. La première étape dans la compréhension de ces feux est leur caractérisation. Pour des raisons de conservation, la simulation numérique est le seul outil permettant la réalisation de scénarios de feux dans la géométrie de la grotte. Basée sur des expérimentations dans une ancienne carrière, une modélisation numérique est donc élaborée. Puis, à partir des marques observables aujourd’hui sur les parois, cette modélisation détermine les scénarios possibles.

Mots clés : Grottes ornées, Chauvet-Pont d’Arc, Combustion, Feu, Dépôt de suie, Simulation numérique, CFD, OpenFOAM, Thermo-mécanique, Écaillage, Rubéfaction, Cast3m.

Publication du sommaire des numéros en ligne de Géologie de la France : années 1988 à 2018

Dans la continuité des améliorations apportées mi-2015 par l’ouverture du site aux moteurs de recherche internationaux, Géologie de la France publie le sommaire de ses 31 dernières années d’existence.

Présenté sous forme d’un tableau téléchargeable, ce sommaire permet une revue rapide des 436 articles, cartes, livrets guides, actes de colloques … parus depuis 1988 et disponibles en ligne ici .

Il comprend les titres et noms d’auteurs, ainsi que le lien permettant d’accéder aux différents documents par un simple clic.

Il illustre la richesse de la revue et son apport à la connaissance de la géologie du territoire national, avec quelques « débordements » vers des régions voisines ayant motivé l’ajout de « et des territoires voisins » au « Géologie de la France » initial.

Parmi les contributions marquantes, on retiendra quelques numéros spéciaux, thématiques ou régionaux, souvent parus à l’occasion de colloques dédiés. Pour beaucoup, et de nombreuses années après leur publication, ces œuvres restent souvent les sources les plus complètes et les plus cohérentes sur les sujets considérés.

Enfin, ce travail a donné l’occasion de faire un bilan de l’impact de la revue par une comptabilisation des téléchargements intervenus depuis la rénovation du site, soit une période de 3,5 années.

Avec une moyenne annuelle d’une trentaine de téléchargements pour les publications des 5 dernières années (et plus de cent pour quelques-unes), ce bilan est tout à fait encourageant. Nous espérons qu’il contribuera à amener vers la revue des auteurs attachés aux faits et données, et désireux d’en permettre l’accès à la communauté la plus large, car, rappelons-le, Géologie de la France est totalement gratuite et ouverte à toute forme de contribution à la connaissance géologique.

Enfin, le travail « d’introspection » se poursuit et bientôt ce sommaire s’enrichira de plus de 60 nouvelles œuvres avec la mise en ligne de l’année 1987, dont un numéro comprend l’ensemble des articles publiés suite au forage réalisé en 1984-1985 sur la coupole granitique de Beauvoir dans le cadre du programme Géologie Profonde de la France.

Denis Thiéblemont, Michal Faure, Pierre Nehlig

Quel avenir pour les plateformes de glace en péninsule Antarctique ?

Un groupe de recherche international, comprenant des scientifiques de trois laboratoires français(1) a révélé l’impact systématique et négatif du réchauffement océanique sur l’étendue des plateformes de glace en péninsule Antarctique de l’Est au cours des dernières décennies et des 9000 dernières années.

La péninsule Antarctique est l’une des régions les plus affectées par le réchauffement climatique actuel. Elle a perdu au cours des 50 dernières années près de 75% de la surface de ses plateformes flottantes de glace qui constituent de véritables barrières à l’érosion par l’océan de la calotte continentale et, par conséquent, limitent l’élévation du niveau de la mer. Les principaux effondrements de ces plateformes au cours des dernières décennies coïncident systématiquement avec des augmentations conjointes et rapides de la température océanique (+0,3°C) et atmosphérique (+3°C).

Localisation des sites d’étude (JPC-38, carotte marine; JRI, carotte de glace) et des principales plateformes glaciaires (Larsen A, B et C). La zone grisée correspond à l’aire où ont été effectuées les réanalyses des températures océaniques et les simulations pour le futur (figure modifiée d’après Etourneau et al.).

Les scientifiques ont procédé à l’analyse géochimique d’archives sédimentaires marines qu’ils ont comparées aux données issues d’une carotte de glace située seulement à 50km de leur site d’étude. Grâce à ces reconstructions de températures couvrant les 9000 dernières années, ils ont montré que la principale période au cours de laquelle l’ensemble des plateformes se sont fortement réduites en péninsule Antarctique de l’Est, entre 8200 et 6000 ans avant notre ère, s’est produite pendant un réchauffement océanique majeur (+1,5°C), tandis que l’atmosphère se refroidissait. Ils ont mis aussi en exergue que le réchauffement progressif de l’océan (+0,3°C) au cours des derniers milliers d’années a contrôlé de manière récurrente le retrait graduel des plateformes de glace de cette région.

À partir de ce constat, cette équipe de recherche s’est attachée à évaluer les évolutions possibles des températures océaniques et atmosphériques au cours du prochain siècle en se basant sur deux scénarii établis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Seul le scénario pessimiste d’augmentation des températures atmosphérique (+3°C) et océanique (+0,3°C) serait suffisant pour fragiliser encore plus ces plateformes de glace, jusqu’à pouvoir entraîner leur effondrement total au cours des prochaines décennies. Leur avenir appartient donc désormais au respect ou non des Accords de Paris, et à ses objectifs de limiter le réchauffement climatique global à +2°C.

Sources :

CNRS – INSU

Johan Etourneau, Giovanni Sgubin, Xavier Crosta, Didier Swingedouw, Verónica Willmott, Loïc Barbara, Marie-Noëlle Houssais, Stefan Schouten, Jaap S. Sinninghe Damsté, Hugues Goosse, Carlota Escutia, Julien Crespin, Guillaume Massé & Jung-Hyun Kim (2019) Ocean temperature impact on ice shelf extent in the eastern Antarctic PeninsulaNature Communications, doi:10.1038/s41467-018-08195-6

Note (1) :

Les laboratoires français impliqués sont le Laboratoire environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux (EPOC/OASU, Université de Bordeaux/CNRS/EPHE), le Laboratoire d’océanographie et du climat: expérimentations et approches numériques (LOCEAN/IPSL, CNRS/UPMC/IRD/MNHN), et l’Unité mixte internationale TAKUVIK (UL/CNRS).

extrême vulnérabilité des forêts montagnardes africaines face au changement climatique révélée par les sédiments d’un lac du Cameroun

Le contenu en grains de pollen des sédiments lacustres a permis de retracer l’histoire des biomes montagnards du Cameroun au cours des derniers 90 000 ans.  Cette étude, menée par les laboratoires français LOCEAN et LSCE de l’IPSL avec l’Herbier National du Cameroun, a montré que les forêts des montagnes tropicales sont extrêmement vulnérables face que changement climatique.

Le lac Bambili (© A.-M. Lézine) est situé sur la ligne volcanique du Cameroun, un des points chauds de la diversité mondiale.

Car ils présentent des formes et des ornementations spécifiques à la plupart des espèces de plante et sont remarquablement conservés dans les sédiments, les grains de pollen sont des outils puissants pour la reconstruction des végétations du passé et la compréhension de la biodiversité.

Le lac Bambili, situé sur la ligne volcanique du Cameroun à 2273m d’altitude, a fourni une séquence palynologique unique en Afrique tropicale, la première qui couvre avec précision une aussi longue période, soit la plus grande partie du dernier cycle climatique. Cette séquence permet de suivre avec précision la réponse des biomes montagnards à des situations climatiques extrêmes, glaciaires et interglaciaires.

L’étude montre que le biome de forêt de montagne du Cameroun a été extrêmement sensible aux changements climatiques contrairement aux forêts de basse altitude qui semblent avoir été d’une beaucoup plus grande stabilité. Sa superficie a considérablement varié au cours du temps, en particulier du fait des mouvements importants de sa limite supérieure. Cette instabilité écologique n’a pas été un frein à la biodiversité exceptionnelle des hautes montagnes du Cameroun mais l’a au contraire favorisée.

Sources :

CNRS-INSU

Anne-Marie Lézine, Kenji Izumi, Masa Kageyama, Gaston Achoundong (2019) A 90,000-year record of Afromontane forest responses to climate change, Science, doi: 10.1126/science.aav6821

Découverte de la plus ancienne pollution au plomb chez l’humain : 250 000 ans

Des analyses effectuées sur les dents de deux enfants néandertaliens provenant du site archéologique de Payre (Ardèche) et fouillé par Marie-Hélène Moncel, chercheuse au CNRS, attestent de la plus ancienne exposition au plomb chez l’humain. Une équipe internationale de chercheurs a mesuré les concentrations de métaux dans l’émail de ces dents, datées d’environ 250 000 ans, et montré que les deux enfants avaient été exposés au plomb lors de séjours dans des cavités comme le suggère la présence de mines de plomb dans un périmètre de 25 kilomètres. Les dents ayant un rythme de croissance identique à celui des cernes des arbres, les chercheurs ont aussi pu montrer que les enfants étaient tombés malades durant la saison froide, et que l’un des Néandertaliens était né au printemps. En mesurant les concentrations de baryum, un marqueur de la consommation de lait, les chercheurs ont aussi constaté qu’un des deux enfants avait été allaité jusqu’à deux ans et demi, et sevré à l’automne. L’étude publiée le 31 octobre 2018 dans Science Advances est une contribution majeure aux connaissances sur l’enfance des Néandertaliens.

Photographie d’une des dents des enfants néandertaliens. © Smith et al.

Sources :

CNRS-INEE

Wintertime Stress, Nursing, and Lead Exposure in Neanderthal Children. Tanya M. Smith, Christine Austin, Daniel R. Green, Renaud Joannes-Boyau, Shara Bailey, Dani Dumitriu, Stewart Fallon, Rainer Grün, Hannah F. James, Marie-Hélène Moncel, Ian Williams, Rachel Wood, Manish Arora. October 31st, 2018, Science Advances. DOI : 10.1126/sciadv.aau9483

Une explication des cycles de changements climatiques abrupts des derniers 130 000 ans

Une équipe internationale(1) a modélisé le couplage entre d’un côté l’étendue de la glace de mer et des plateformes glaciaires marines, et de l’autre, la température des eaux proches de la surface de l’Atlantique Nord. Ce modèle explique les variations abruptes de température au Groenland et en Atlantique Nord durant le dernier intervalle glaciaire, entre 130 000 et 15 000 ans. Il reproduit également le déphasage entre les températures des deux hémisphères durant cette période, telles qu’estimées à partir de mesures dans les carottes de glace au Groenland et en Antarctique. Ces travaux devraient aider à évaluer le risque de tels changements abrupts dans le proche avenir.

Le dernier intervalle glaciaire a été marqué par des changements climatiques abrupts appelés événements de Dansgaard-Oeschger (DO). Ces événements, caractérisés par des augmentations importantes de température sur le Groenland jusqu’à 15°C en quelques décennies et un retour aux conditions glaciaires en plusieurs siècles, se sont répétés à de nombreuses reprises durant le dernier cycle glaciaire. Toutefois, la cause de ces transitions et leur relation déphasée avec des événements correspondants en Antarctique restent peu claires. En effet, une théorie satisfaisante des cycles de Dansgaard-Oeschger manquait toujours

L’équipe a réalisé un modèle dynamique afin d’expliquer ces événements DO au Groenland, mais aussi leurs homologues observés en Antarctique. Ce modèle se focalise sur les interactions entre les plateformes de glace issues des calottes de l’hémisphère nord (et plus précisément le Groenland), la glace de mer et les courants océaniques. Il démontre que le caractère répétitif et la rapidité de la phase de réchauffement des événements DO reposent sur les retraits rapides et les régénérations plus lente d’épaisses plateformes glaciaires marines, de plusieurs centaines de mètres, et de la glace de mer bien plus fine, de quelques mètres seulement autour des calottes de l’hémisphère nord.

Variabilité du dernier intervalle glaciaire telle qu’exprimée par les variations du rapport isotopique de l’oxygène (18O) obtenues à partir de deux carottes de glace: en bleu au Groenland (carotte NGRIP–North GReenland ice core project) et en orange en Antarctique (carotte WAIS – West Antarctic ice sheet divide project). Âge en milliers d’années précédant l’an 2000.

Le modèle proposé reproduit avec succès les caractéristiques observées dans les variations du rapport isotopique de l’oxygène, comme la forme en dents de scie des cycles DO (avec un réchauffement brutal et un refroidissement plus lent vers les conditions glaciaires), les intervalles entre événements DO successifs durant les derniers 130 000 ans, et aussi le déphasage du signal climatique observé dans les carottes de glace du Groenland et en Antarctique : quand le Groenland se réchauffait, l’Antarctique se refroidissait, et inversement, les réchauffements abrupts observés au Groenland n’ayant pas toutefois leurs homologues en Antarctique.

Par ailleurs, cette étude propose une explication de changements climatiques abrupts et pourrait ainsi aider à évaluer plus précisément le risque de transitions climatiques brusques dans un avenir proche.

(1) Laboratoires et instituts impliqués : Laboratoire de météorologie dynamique (LMD/IPSL, CNRS / ENS / École Polytechnique / Sorbonne Université), Potsdam institute for climate impact research (Germany), Grantham institute (Imperial college, UK), University of California (USA) et Columbia University (USA)

Sources:

CNRS – INSU

Boers, Niklas, Michael Ghil and Denis-Didier Rousseau. ”Ocean circulation, ice shelf and sea ice interactions explain Dansgaard-Oeschger cycles”. Proceedings of the National Academy of Sciences USA (2018) www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1802573115

Effets d’un changement de température sur les écosystèmes : comprendre le passé pour prédire le futur

La plupart des modèles de simulations climatiques et de végétation indiquent que le changement climatique en cours aura un impact global et de grande ampleur sur les espèces et les écosystèmes terrestres durant les décennies à venir. Des observations sur le terrain donneraient probablement plus de confiance aux chercheurs dans les projections futures et permettraient donc de prendre des décisions plus appropriées. Une démarche originale a été mise en oeuvre sur la base des observations et l’expertise de plus de 40 chercheurs en paléoécologie à travers le globe.

Chaque chercheur a évalué les changements de structure et de composition des écosystèmes durant la transition entre la dernière période glaciaire centrée autour de 20000 ans avant nos jours et 14000 ans avant nos jours environ dans des séquences fossiles situés dans sa zone d’étude. Ces enregistrements fossiles représentent une archive unique et inestimable et fournissent des observations concrètes de la relation entre les changements climatiques globaux et la composition et la structure des écosystèmes. La période de temps choisie est très intéressante en terme d’augmentation des températures et de modification des écosystèmes à une échelle globale même si elle ne peut pas être considérée comme analogue aux changements climatiques attendus, notamment à cause des concentrations de taux de CO2 qui étaient plus faibles qu’actuellement.

Forêts de montagnes au Cameroun (A © A.-M. Lézine) et au Maroc (B © R.Cheddadi) ou l’impact du changement climatique en cours est visible sur des populations déjà situées en limite d’aire altitudinale.

Cette approche basée-expert a permis d’examiner plusieurs centaines d’enregistrements paléoécologiques publiés pour évaluer les changements de composition et de structure de la végétation terrestre mondiale. La synthèse des résultats publiée dans la revue Science et leur comparaison avec des simulations montre que dans le cas du scénario RCP2.6 (augmentation de température d’environ 1.5°C, conforme à celle de l’Accord de Paris de 2015) l’impact serait limité mais dans le cas du scénario RCP8.5, les écosystèmes terrestres seraient fortement menacés par l’augmentation des températures et la plupart des écosystèmes risqueraient des transformations profondes, irréversibles et telles que les services écosystémiques et la biodiversité en seraient irrémédiablement affectés.

Des chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier, de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale, du  Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement et du Laboratoire d’océanographie et du climat ont participé à cette étude.

Sources :

CNRS – INEE

Past and future global transformation of terrestrial ecosystems under climate change. Connor Nolan et al. Science. 31 Aug 2018. DOI: 10.1126/science.aan5360

Des dents humaines vieilles de 450 000 ans révèlent des caractéristiques néandertaliennes

Des équipes de recherche françaises et italiennes ont analysé par des scans à rayons X les plus vieilles dents humaines découvertes sur la péninsule italienne. Ces spécimens vieux d’environ 450 000 ans et provenant des sites italiens de Fontana Ranuccio, à 50km de Rome, et de Visogliano, à moins de 20 km de Trieste, montrent déjà des caractéristiques néandertaliennes. L’étude menée par Clément Zanolli, paléoanthropologue à l’Université Toulouse III, vient d’être publiée dans la revue PLOS One.

Rendus virtuels des molaires Vis. 3 et FR1R des sites de Visogliano et Fontana Ranuccio montrant en semi-transparence la morphologie de la dentine sous l’émail et de la cavité pulpaire. © Clément Zanolli

L’histoire des Néandertaliens reste encore méconnue, surtout dans la période la plus ancienne de leur évolution, entre le moment où leur lignée s’est séparée de la nôtre aux alentours de la transition du Pléistocène inférieur et moyen (entre 1 million d’années et 650 000 ans environ), et l’émergence des Néandertaliens classiques il y a moins de 200 000 ans. Une des périodes clés pour comprendre l’origine des Néandertaliens se situe donc dans l’intervalle entre 500 000 et 350 000 ans.

Une collaboration internationale impliquant des chercheurs français et italiens a permis d’étudier la structure interne des restes dentaires issues de ces deux sites italiens en utilisant des méthodes d’imagerie à haute résolution, la microtomographie à rayons X. L’analyse des différents paramètres comme les proportions des tissus dentaires, l’épaisseur de l’émail, la morphologie de la dentine et de la cavité pulpaire ont permis de mettre en évidence chez ces spécimens italiens des traits caractéristiques trouvés fréquemment chez les Néandertaliens et qui diffèrent clairement de ceux propres aux humains modernes. Les résultats suggèrent un fractionnement démographique et des périodes d’isolement plus ou moins prolongées. Un des facteurs importants à prendre en compte est le climat. Il y a 450.000 ans, l’Europe du Nord était couverte par les glaces et le nord de l’Espagne et de l’Italie devaient être à la limite septentrionale des zones habitables.

Sources :

CNRS – Institut Ecologie et Environnement (INEE)

Zanolli C, Martinón-Torres M, Bernardini F, Boschian G, Coppa A, Dreossi D, Mancini L, Martínez de Pinillos M, Martín-Francés L, Bermúdez de Castro JM, Tozzi C, Tuniz C, Macchiarelli R. The Middle Pleistocene (MIS 12) human dental remains from Fontana Ranuccio (Latium) and Visogliano (Friuli-Venezia Giulia), Italy. A comparative high resolution endostructural assessment. PLoS One. 2018 Oct 3;13(10):e0189773. PubMed PMID: 30281595.

Valérie Masson-Delmotte auditionnée au sénat sur les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de Gif-sur-Yvette, est co-présidente du groupe de travail  sur les bases physiques du climat du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat). Suite à la publication d’un rapport spécial sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C, elle a été auditionnée au Sénat. Une vidéo de son témoignage et des questions réponses qui ont suivi est disponible sur le site web su sénat.

Dans une présentation de 13 minutes, elle résume en termes très accessibles et pédagogiques la construction et les conclusions de ce rapport. Il a été préparé suite à une demande de la COP 21 portée par les pays les plus vulnérables au réchauffement climatique. Ce rapport a une dimension inter-disciplinaire sans précédent dans la rédaction de chacun de ses chapitres. Il comprend notamment deux chapitres très novateurs sur les options d’action et les bénéfices à agir maintenant vis à vis d’objectifs de développement durable.

© Sean Wu / IISD6ENB

Les quatre messages clés du rapport sont les suivants :

  • Le changement climatique affecte déjà les hommes, les écosystèmes et les moyens de subsistance partout
  • Il y a des avantages indéniables à limiter le réchauffement global à 1,5°C par rapport à 2°C ou plus, et chaque demi-degré compte
  • Limiter ce réchauffement global à 1,5°C n’est pas impossible mais demanderait des transitions sans précédent dans tous les aspects de la société et la volonté politique est cruciale
  • Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C peut aller de pair avec la réalisation d’objectifs mondiaux du développement durable pour l’amélioration de la qualité de vie de tous

Valérie Masson-Delmotte conclue son intervention par ce message :

Chaque demi-degré compte, vis à vis des risques climatiques. Chaque année compte, vis à vis des conséquences pour maîtriser le changement climatique. Chaque décision compte. Ne pas agir aujourd’hui, c’est augmenter le fardeau pour les jeunes générations qui devront faire face aux conséquences du réchauffement et au déploiement d’actions plus difficiles et plus risquées. Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C n’est pas impossible mais la volonté politique pour accélérer les transitions est essentielle.

Cette intervention est suivie d’une discussion approfondie, qui évoque notamment l’alarmisme, et la nécessité de courage. La production de connaissances sur les impacts locaux du réchauffement climatique. Les options d’action du local au global. Les liens climat – santé – développement durable – éradication de la grande pauvreté – démographie. Les trajectoires énergétiques. Les choix individuels et collectifs responsables. Le fonctionnement du GIEC et son rôle vis à vis de la communauté politique et les acteurs du changement. Les pays et régions vulnérables. Le rôle de l’éducation et la mobilisation de la jeunesse.

Sources :

Rapport spécial du GIEC sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C

Audition de Valérie Masson-Delmotte au Sénat

Espace presse du CEA – un monde à +1,5°C

La complexité des anciennes cités mayas désormais démontrée

La détection, grâce à la technologie Lidar, de milliers de ruines mayas au nord du Guatemala avait été révélée en janvier dernier. Leur analyse poussée est publiée le 28 septembre 2018 dans la revue Science par une collaboration internationale à laquelle ont participé deux chercheurs français, un archéologue du CNRS et un géographe de l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Grâce au Lidar, 135 km2, soit 70 fois la zone d’étude étudiée jusque-là, ont pu être explorés. Première surprise : la densité de l’occupation humaine dans cette région, bien supérieure à ce que l’on imaginait jusque-là (plus de 62 000 structures repérées dont 12 000 pour la zone de Naachtun). Et parmi les autres découvertes figurent l’inter-connectivité, insoupçonnée à cette échelle, des cités mayas entre elles via la construction de longues chaussées qui traversent zones de collines et zones marécageuses, la diversité des aménagements agraires et hydrauliques ou encore l’usage de systèmes défensifs élaborés. Avec la densité de l’occupation, ce sont les aménagements du paysage qui surprennent le plus puisque, pour ne prendre que l’exemple de Naachtun, pas moins de 18 000 terrasses agricoles, 5 400 canaux de drainage et d’irrigation en lien avec des micro-parcelles agricoles ainsi que 70 grands réservoirs ont été recensés. Ces résultats révèlent une exploitation intensive et à large échelle des ressources du milieu ainsi qu’une gestion des risques par les populations mayas de la période dite classique (150 à 950 après J.-C.).


Image de l’épicentre monumental de Naachtun © Projet Naachtun/A. Dorison

Sources:

CNRS – INSHS

Canuto M. A., Estrada-Belli F., Garrison T. G., Houston S. D., Acuña M. J., Ková? M., Marken D., Nondédéo P., Auld-Thomas L., Castanet C., Chatelain D., Chiriboga C. R., Drápela T., Lieskovský T., Tokovinine A., Velasquez A., . Fernández-Díaz J. C. and Shrestha R. 2018, Ancient Lowland Maya Complexity as Revealed by Airborne Laser Scanning of Northern Guatemala, in Science.

Il y a 8000 ans dans le Caucase : les plus anciennes structures de gestion de l’eau face aux crues

Des analyses géomorphologiques ont mis en évidence les plus anciennes preuves d’infrastructures de gestion de l’eau, datées de 8000 ans, lors de la fouille du site Néolithique Géorgien de Gadachrili Gora (Caucase). Le détournement du cours d’eau par des canaux a engendré l’inondation du village Néolithique et l’abandon des infrastructures hydrauliques. Des analyses isotopiques sur des graines du site archéologique ont été entreprises pour détecter l’occurrence d’une utilisation de ces canaux pour l’irrigation.

Le site, les canaux et la stratigraphie des infrastructures de gestion de l’eau néolithiques de Gadachrili Gora (DAO et photos : Vincent Ollivier).

La gestion des rivières pour l’alimentation en eau est généralement connue pour avoir débuté il y a 5500 ans av JC au Proche Orient lors du développement des premières sociétés néolithiques. Dans le Caucase sud, nos travaux ont fourni des preuves de gestion de l’eau étonnamment précoces. La constitution d’une équipe pluridisciplinaire associant des spécialistes des restes végétaux (UMR 7209 du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris), des datations par le radiocarbone et des isotopes stables (LSCE UMR 8212, Université Versailles St Quentin) a permis une reconstitution détaillée de l’évolution des paysages et des sociétés de cette région du Caucase sous toutes ses facettes.

Sources :

CNRS – INEE

Ollivier V., Fontugne M., Hamon C., Decaix A., Hatté C., Jalabadze M., 2018, Neolithic water management and flooding in the Lesser Caucasus (Georgia), Quaternary Science Reviews, vol. 197, pp. 267-287.

Découverte du plus ancien dessin au crayon

Le plus ancien exemple de dessin abstrait, exécuté à l’ocre, a été découvert sur un fragment de roche siliceuse dans des couches archéologiques datées de 73 000 ans avant le présent, dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud. Ce fragment porte sur une de ses faces un croisillon formé par neuf traits, qui ont été volontairement tracés avec un crayon d’ocre pourvu d’une fine pointe. Ce tracé précède d’au moins 30 000 ans les plus anciens dessins abstraits et figuratifs connus jusqu’à présent et réalisés avec la même technique. Cette découverte est publiée le 12 septembre 2018 dans la revue Nature par une équipe internationale impliquant des chercheurs des laboratoires Pacea(1) et  Traces(2).

© D’Errico/Henshilwood/Nature

Qu’est-ce qu’un symbole ? Voici une question difficile quand il s’agit d’analyser les premiers « graphismes ». De récentes découvertes archéologiques en Afrique, en Europe et en Asie montreraient cependant une émergence beaucoup plus précoce de la production et de l’utilisation de symboles.

Dans ce nouvel article, les chercheurs décrivent le plus ancien exemple connu de dessin abstrait réalisé avec un crayon d’ocre. Ce dessin a été identifié sur la surface d’un petit morceau de roche siliceuse, appelée silcrète, lors de l’analyse d’outils en pierre recueillis lors de la fouille de la grotte de Blombos (Afrique du Sud).

Sources :

CNRS – Communiqués de presse

An abstract drawing from the 73,000-year-old levels at Blombos Cave, South Africa. Christopher S. Henshilwood, Francesco D’Errico, Karen L. van Niekerk, Laure Dayet, Alain Queffelec & Luca Pollarolo. 12 septembre 2018, Nature. DOI : 10.1038/s41586-018-0514-3

(1) laboratoire Pacea (CNRS/Université de Bordeaux/Ministère de la Culture)

(2) laboratoire Traces (CNRS/Université Toulouse – Jean Jaurès/Ministère de la Culture)