Archives de catégorie : Actualités scientifiques

Il y a 8000 ans dans le Caucase : les plus anciennes structures de gestion de l’eau face aux crues

Des analyses géomorphologiques ont mis en évidence les plus anciennes preuves d’infrastructures de gestion de l’eau, datées de 8000 ans, lors de la fouille du site Néolithique Géorgien de Gadachrili Gora (Caucase). Le détournement du cours d’eau par des canaux a engendré l’inondation du village Néolithique et l’abandon des infrastructures hydrauliques. Des analyses isotopiques sur des graines du site archéologique ont été entreprises pour détecter l’occurrence d’une utilisation de ces canaux pour l’irrigation.

Le site, les canaux et la stratigraphie des infrastructures de gestion de l’eau néolithiques de Gadachrili Gora (DAO et photos : Vincent Ollivier).

La gestion des rivières pour l’alimentation en eau est généralement connue pour avoir débuté il y a 5500 ans av JC au Proche Orient lors du développement des premières sociétés néolithiques. Dans le Caucase sud, nos travaux ont fourni des preuves de gestion de l’eau étonnamment précoces. La constitution d’une équipe pluridisciplinaire associant des spécialistes des restes végétaux (UMR 7209 du Muséum d’Histoire Naturelle, Paris), des datations par le radiocarbone et des isotopes stables (LSCE UMR 8212, Université Versailles St Quentin) a permis une reconstitution détaillée de l’évolution des paysages et des sociétés de cette région du Caucase sous toutes ses facettes.

Sources :

CNRS – INEE

Ollivier V., Fontugne M., Hamon C., Decaix A., Hatté C., Jalabadze M., 2018, Neolithic water management and flooding in the Lesser Caucasus (Georgia), Quaternary Science Reviews, vol. 197, pp. 267-287.

Découverte du plus ancien dessin au crayon

Le plus ancien exemple de dessin abstrait, exécuté à l’ocre, a été découvert sur un fragment de roche siliceuse dans des couches archéologiques datées de 73 000 ans avant le présent, dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud. Ce fragment porte sur une de ses faces un croisillon formé par neuf traits, qui ont été volontairement tracés avec un crayon d’ocre pourvu d’une fine pointe. Ce tracé précède d’au moins 30 000 ans les plus anciens dessins abstraits et figuratifs connus jusqu’à présent et réalisés avec la même technique. Cette découverte est publiée le 12 septembre 2018 dans la revue Nature par une équipe internationale impliquant des chercheurs des laboratoires Pacea(1) et  Traces(2).

© D’Errico/Henshilwood/Nature

Qu’est-ce qu’un symbole ? Voici une question difficile quand il s’agit d’analyser les premiers « graphismes ». De récentes découvertes archéologiques en Afrique, en Europe et en Asie montreraient cependant une émergence beaucoup plus précoce de la production et de l’utilisation de symboles.

Dans ce nouvel article, les chercheurs décrivent le plus ancien exemple connu de dessin abstrait réalisé avec un crayon d’ocre. Ce dessin a été identifié sur la surface d’un petit morceau de roche siliceuse, appelée silcrète, lors de l’analyse d’outils en pierre recueillis lors de la fouille de la grotte de Blombos (Afrique du Sud).

Sources :

CNRS – Communiqués de presse

An abstract drawing from the 73,000-year-old levels at Blombos Cave, South Africa. Christopher S. Henshilwood, Francesco D’Errico, Karen L. van Niekerk, Laure Dayet, Alain Queffelec & Luca Pollarolo. 12 septembre 2018, Nature. DOI : 10.1038/s41586-018-0514-3

(1) laboratoire Pacea (CNRS/Université de Bordeaux/Ministère de la Culture)

(2) laboratoire Traces (CNRS/Université Toulouse – Jean Jaurès/Ministère de la Culture)

Protéger la biodiversité : un manque de décisions politiques et non de connaissances scientifiques

En quinze ans, presque 13 000 articles de recherche ont été publiés dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation. Pourtant, la biodiversité reste menacée partout dans le monde.
Deux chercheurs du CNRS se sont penchés sur ce paradoxe
inquiétant en décortiquant cette riche littérature. Selon eux, l’un des obstacles majeurs serait la recherche constante d’arbitrages plus favorables aux activités humaines qu’à la protection de la nature. Cette étude est publiée le 10 septembre dans Trends in Ecology and Evolution.

 

© Thomas VIGNAUD/Te mana O Te Moana/Centre de recherche insulaire et observatoire de l’environnement (Perpignan)/CNRS Photothèque
Les principales menaces qui pèsent encore sur la biodiversité sont en réalité connues depuis 40 ans, surnommées « les quatre grands maux » depuis cette époque : (i) la trop forte exploitation des ressources (surchasse ou surpêche par exemple), (ii) la fragmentation de l’habitat des espèces, (iii) l’introduction d’espèces invasives et enfin (iv) les extinctions en chaîne qui peuvent découler des trois premiers facteurs. S’y ajoutent aujourd’hui les changements climatiques qui déséquilibrent plus encore les milieux naturels.

 

Selon les chercheurs, les propositions de solutions durables, compatibles avec les activités humaines, ne manquent pas. Le frein majeur réside plutôt dans la demande de compromis toujours plus favorables à l’exploitation plutôt qu’à la conservation, malgré des recommandations scientifiques déjà timorées.

Sources :
What conservation does. L. Godet et V. Devictor. Trends in Ecology and Evolution, le 10 septembre 2018.

Quand les glaciers deviennent des pluviomètres : reconstruction des changements hydrologiques majeurs dans les Andes pendant la dernière déglaciation

Une équipe internationale(1) a pu reconstruire une carte des paléoprécipitations qui se sont produites dans les Andes tropicales il y a 15 500 ans, et ainsi comprendre les processus atmosphériques à l’œuvre dans les modifications abruptes du cycle de l’eau tropical en Amérique du Sud.

Au sud des Andes tropicales, sur l’Altiplano bolivien, le climat est aujourd’hui d’une aridité extrême, on y rencontre le plus grand désert salé du monde, le Salar de Uyuni. Pourtant, il y a seulement 15 500 ans (c.-à-d. 13 500 ans av. J.-C.) cette région hébergeait un lac immense, le lac Tauca, qui a couvert pendant plus de 1000 ans une superficie de 52 000 km2, une taille comparable à celle de l’immense lac Michigan, avec des profondeurs dépassant 120 m.

Paysages actuels du Salar de Uyuni (3660 m) (© P.-H. Blard). Il y a 15 500 ans, le Salar, le plus grand désert salé du monde, était immergé sous environ 100 m d’eau. Le Tunupa était alors une île isolée au centre du paléolac Tauca.

 

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs du CRPG et leurs collègues ont tiré profit de dépôts glaciaires de l’Altiplano pour mettre en œuvre une méthode inédite. Un lac et un glacier ont en effet des sensibilités contrastées aux précipitations et aux températures, cette différence étant due au fait qu’il faut plus d’énergie pour évaporer l’eau d’un lac que pour fondre la glace d’un glacier. En reconstruisant la position des paléoglaciers synchrones du lac Tauca, les chercheurs ont déterminé l’augmentation de précipitation et le refroidissement qui régnaient au moment du lac Tauca il y a 15 500 ans. Ils ont réalisé pour la première fois une cartographie régionale des paléoprécipitations à l’échelle de l’Altiplano.

 

Sources:

Institut National des Sciences de l’Univers, CNRS

Lake Tauca highstand (Heinrich Stadial 1a) driven by a southward shift of the Bolivian High, L.C.P. Martin, P.-H. Blard, J. Lavé, T. Condom, M. Premaillon, V. Jomelli, D. Brunstein, M. Lupker, J. Charreau, V. Mariotti, B. Tibari, ASTER Team, E. Davy, Science Advances, 2018;4: eaar2514.

 

(1) Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG, CNRS / Université de Lorraine), Institut des géosciences de l’environnement (IGE/OSUG, CNRS / IRD / UGA / Grenoble INP), Laboratoire de géographie physique : environnements quaternaires et actuels (LGP, CNRS / Université Panthéon-Sorbonne / Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne / INRAP), Centre européen de recherche et d’enseignement en géosciences de l’environnement (CEREGE/PYTHÉAS, CNRS / Aix-Marseille Université / IRD / Collège de France / INRA), Université d’Oslo et Université Libre de Bruxelles

Reconstruction de la température des derniers millénaires en Arctique

Reconstituer les températures Arctiques antérieures aux changements climatiques récents nécessite d’utiliser des indicateurs indirects mesurés dans les archives paléoclimatiques.

Une équipe internationale impliquant deux laboratoires français(1) a constitué une nouvelle base de données à haute résolution spatiale et temporelle permettant de reconstituer précisément les températures en Arctique. Pour les derniers siècles, ces données sont cohérentes avec les observations directes.

Évolution des températures sur les derniers 2000 ans à l’échelle de la région arctique-subarctique calculée à partir de la base de données PAGES Arctic 2k (modifiée à partir de Nicolle et coll., 2018). Crédit photo: L. Chaumillon.

Sources:

Institut National des Sciences de l’Univers, CNRS

Linderholm, H. W., Nicolle, M., Francus, P., Gajewski, K., Helama, S., Korhola, A., Solomina, O., Yu, Z., Zhang, P., D’Andrea, W. J., Debret, M., Divine, D. V., Gunnarson, B. E., Loader, N. J., Massei, N., Seftigen, K., Thomas, E. K., Werner, J., Andersson, S., Berntsson, A., Luoto, T. P., Nevalainen, L., Saarni, S., and Väliranta, M.: Arctic hydroclimate variability during the last 2000 years: current understanding and research challenges, Clim. Past, 14, 473-514, https://doi.org/10.5194/cp-14-473-2018

Nicolle, M., Debret, M., Massei, N., Colin, C., deVernal, A., Divine, D., Werner, J. P., Hormes, A., Korhola, A., and Linderholm, H. W.: Climate variability in the subarctic area for the last 2 millennia, Clim. Past, 14, 101-116, https://doi.org/10.5194/cp-14-101-2018

 

(1) Laboratoire Morphodynamique continentale et côtière (M2C, Université de Caen Normandie / Université de Rouen Normandie / CNRS) et Laboratoire Géosciences Paris-Sud (GEOPS/IPSL, CNRS / Université Paris-Sud)

La « L’Oréal Portugal Medals of Honor for Women in Science » remise à Dulce Oliveira

Prix L’OREAL Portugal de la « Jeune Scientifique de l’année 2018 » attribuée au Dr. Dulce Oliveira pour sa thèse intitulée  « Comprendre les périodes chaudes avant et après la transition du Pléistocène moyen (MIS 31 et MIS 11) dans la péninsule Ibérique » réalisée au sein de l’école doctorale Sciences et environnements sous la direction de Maria-Fernanda Sanchez-Goni (DR EPHE – UMR 5805 EPOC) et co-encadrée par Stéphanie Desprat (MC EPHE – UMR 5805 EPOC).

Dulce Oliveira (deuxième en partant de la gauche) à la remise de la médaille L’Oréal Portugal.

Dulce avait bénéficié du soutien de l’AFEQ-CNF INQUA au cours de sa thèse (subvention-colloque).

Volcanisme, climat et peuplement paléolithique en Méditerranée : des interactions complexes

Au sein du programme de recherche pluridisciplinaire « Le peuplement paléolithique des Abruzzes : le gisement de Valle Giumentina dans le cadre du Paléolithique ancien et moyen d’Italie et d’Europe », une équipe de recherche franco-italienne coordonnée par l’École Française de Rome en collaboration avec le CNRS (UMR5140 ASM, UMR7041 ArScAn, UMR7264 CEPAM, UMR8212 LSCE, UMR8591 LGP), le Museum National d’Histoire Naturelle de Paris, le CEA et l’Università di Siena a mis en évidence un lien entre éruptions volcaniques, changement climatique, altération pédologique et phases d’occupation humaine au Paléolithique inférieur dans le sud de l’Europe.

Continuer la lecture de Volcanisme, climat et peuplement paléolithique en Méditerranée : des interactions complexes

Soutenance thèse N. SEVEQUE

Noémie Sevêque soutiendra sa thèse :

« Variabilité des comportements alimentaires au Paléolithique moyen en France septentrionale – apports des études archéozoologique »

Cette soutenance aura lieu à l’université de Lille 1 (campus de Villeneuve d’Ascq) le 20 décembre 2017.

Résumé : L’Europe du Nord-Ouest, plus particulièrement la France septentrionale, constitue durant le Pléistocène moyen et supérieur un carrefour biogéographique. Les populations animales, et donc les Hommes, y évoluent en fonction des variations climatiques et environnementales. La grande richesse des vestiges fauniques a permis de réaliser une étude archéozoologique et paléoécologique sur l’ensemble des niveaux de trois gisements datés du Pléistocène supérieur : Caours (Somme) pour l’Eemien, Le Rozel (Manche) et Mutzig (Bas-Rhin) pour le début Weichsélien. Une reprise partielle du matériel dentaire de Biache-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) daté de la fin de Saalien a également été faite. L’étude des séries fauniques, majoritairement basée sur la réalisation de profils de mortalité et la détermination de la saisonnalité d’occupation des niveaux archéologiques, a permis de mettre en évidence des comportements de subsistance récurrents dans les différents gisements : chasse principalement ciblée sur les cervidés, transport sélectif des cadavres en fonction de la taille des animaux et exploitation intensive à but alimentaire avec la récupération de la viande, de la moelle et de la langue. Malgré une grande homogénéité dans la gestion du gibier et du territoire, certains comportements tendent à être plus variables : exploitation des cadavres à but utilitaire avec la récupération des peaux, des fourrures et l’utilisation des os en tant que retouchoir, et sélection d’individus en particulier en fonction de l’âge et/ou du sexe. Les Néandertaliens de France septentrionale montrent ainsi une grande homogénéité dans leurs comportements de subsistance, mais également une variabilité qui découle de leur adaptation constante à leur milieu.

Plus d’infos en suivant le lien : Invitation soutenance SEVEQUE

Carbon, nitrogen and oxygen isotope fractionation during food cooking: implications for the interpretation of the fossil human record

Objectives: Stable isotope data provide insight into the reconstruction of ancient human diet. However, cooking may alter the original stable isotope compositions of food due to losses and modifications of biochemical and water components.

Continuer la lecture de Carbon, nitrogen and oxygen isotope fractionation during food cooking: implications for the interpretation of the fossil human record

Climate response to the Samalas volcanic eruption in 1257 revealed by proxy records

The eruption of Samalas in Indonesia in 1257 ranks among the largest sulfur-rich eruptions of the Common Era with sulfur deposition in ice cores reaching twice the volume of the Tambora eruption in 1815. Sedimentological analyses of deposits confirm the exceptional size of the event, which had both an eruption magnitude and a  7 volcanic explosivity index.

Continuer la lecture de Climate response to the Samalas volcanic eruption in 1257 revealed by proxy records

An improved north–south synchronization of ice core records around the 41 kyr 10Be peak

Using  new  high-resolution 10Be  measurements in  the  NGRIP,  EDML  and  Vostok  ice  cores,  together  with previously  published  data  from  EDC,  we  present  an  improved synchronization between Greenland and Antarctic ice cores during the Laschamp geomagnetic excursion ∼41 kyr ago. We estimate the precision of this synchronization to be ± 20 years, an order of magnitude better than previous work. We discuss the implications of this new synchronization for making improved estimates of the depth difference between ice and enclosed gas of the same age (Ddepth), difference between age of ice and enclosed gas at the same depth (Dage) in the EDC and EDML ice cores, spectral properties of the 10Be profiles and phasing between Dansgaard–Oeschger-10 (in NGRIP) and AIM-10 (in EDML and EDC).

Continuer la lecture de An improved north–south synchronization of ice core records around the 41 kyr 10Be peak

The recent warming trend in North Greenland

 The Arctic is among the fastest warming regions on Earth, but it is also one with limited spatial coverage of multi-decadal instrumental surface air temperature measurements. Consequently, atmospheric reanalyses are relatively unconstrained in this region, resulting in a large spread of estimated 30-year recent warming trends, which limits their use to investigate the mechanisms responsible for this trend.

Continuer la lecture de The recent warming trend in North Greenland

Surface studies of water isotopes in Antarctica for quantitative interpretation of deep ice core data

Polar ice cores are unique climate archives. Indeed, most of them have a continuous stratigraphy and present high temporal resolution of many climate variables in a single archive. While water isotopic records (dD or d18O) in ice cores are often taken as reference for past atmospheric temperature variations, their relationship to temperature is associated with a large uncertainty. Several reasons are invoked to explain the limitation of such an approach; in particular, post-deposition effects are important in East Antarctica because of the low accumulation rate. The strong influence of post-deposition processes highlights the need for surface polar research programs in addition to deep drilling programs.

Continuer la lecture de Surface studies of water isotopes in Antarctica for quantitative interpretation of deep ice core data

Retour de mission en Antarctique : tracer les arrivées d’air marin à Dumont d’Urville par les isotopes de l’eau

Lors de la saison estivale 2016-2017,  nous avons déployé pour la première fois un instrument de spectroscopie laser sur la base côtière de Dumont d’Urville en Antarctique (figure 1). Cet instrument a permis de mesurer en continu la composition isotopique de la vapeur d’eau pendant 40 jours (Figure 2) et d’identifier clairement un fort cycle diurne (amplitude en d18O de 5‰) absent des autres enregistrements côtiers en région polaire. Les périodes de forte précipitation neigeuse sont aussi clairement enregistrées dans cette série de mesures.

Figure 1: Base Dumont d’Urville en Antarctique

Continuer la lecture de Retour de mission en Antarctique : tracer les arrivées d’air marin à Dumont d’Urville par les isotopes de l’eau